« En changeant de cap, il était possible d’éviter le tir de DCA… »

Pierre Lagacé:

Un autre souvenir de guerre de l’escadrille 425 Alouette

Originally posted on 425 Alouette:

Henri Gourdeau se raconte.

«En changeant de cap, il était possible d’éviter le tir de DCA… »
Flight Lieutenant Henri Gourdeau, D.F.C.

L’équipage Gourdeau, si on peut l’appeler ainsi, s’est retrouvé parmi les Alouettes à Tholthorpe, Yorkshire, du 1er juin au 31 décembre 1944. Elle était composée de: Pierre Arsenault, mitrailleur arrière, Ernest Corbeil, bombardier, Ron Desroches, sans-filiste, Henri Gauthier, mitrailleur central, Henri Gourdeau, pilote, Jeff Heritage, ingénieur de bord, Marcel Papineau, navigateur.

Tous les membres de l’équipage ont senti et saisi, dès l’arrivée à Tholthrope, le professionnalisme et l’esprit de camaraderie qui y régnaient, tant parmi le personnel navigant que parmi le personnel de support. Une grande famille, quoi, dans laquelle tout fonctionnait comme sur des roulettes. On se doit de rappeler. encore une fois, les grandes qualités du Commandant d’alors, «Joe the C.O. ». Lecomte et de son adjudant Réal St-Amour, the « Saint », qui tous deux…

Voir l'original 969 mots de plus

« Je ne peux plus tenir l’avion! Nous allons nous écraser…»

Pierre Lagacé:

Jean Fontaine se raconte

Originally posted on 425 Alouette:

Jean Fontaine se raconte

« Je ne peux plus tenir l’avion! Nous allons nous écraser…»
Flight Lieutenant Jean Fontaine, D.F.C., C.D.

Le 28 février 1943, notre escadrille de bombardiers Wellington fut appelée à bombarder une base sous-marine à St-Nazaire, en France. Nous quittions la base Dishforth à partir d’une piste en herbe.

Notre équipage (j’étais le radio) fut assigné au bombardier « F » pour Freddie, un prototype capable de transporter une bombe gigantesque de 4000 livres. Le temps était au beau fixe avec un ciel dégagé et des vents légers. Le décollage fut prévu pour dix-huit heures dans des conditions idéales.

Le Sergent Norm Brosseau du Cap-de-la-Madeleine était notre Capitaine et j’étais debout derrière lui dans la cabine de pilotage lorsqu’il mit les gaz à fond. Nous commencions à prendre de la vitesse et nous avions déjà parcouru la moitié de la piste lorsque je remarquai que le Capitaine…

Voir l'original 228 mots de plus

Qui a réellement abattu le KW-T de l’équipage de Gilles Lamontagne?

Pierre Lagacé:

Celui qui a réellement abattu le KW-T de l’équipage de Gilles Lamontagne…

Originally posted on 425 Alouette:

Qui a réellement abattu le KW-T de l’équipage de Gilles Lamontagne?

Ce n’est pas le Feldwebel Heinz Vinke finalement qui a abattu Gilles Lamontagne.

uffz.-heinz-vinke003aweb

Feldwebel Heink Vinke

J’ai obtenu cette réponse à une question posée sur le forum 12 O’Clock High. Je voulais valider l’information trouvée sur Lost Bombers.

I am looking for the information on the Wellington he shot down on 12/13 March 1943 over Holland.
The Wellington crew was a RCAF crew. The pilot was Gilles Lamontagne.

Lost Bombers had this information…

The website Lost Bombers gives the following on the loss of his aircraft. Wellington BK340 (KW-T) of No.425 Squadron, target Essen, was airborne at 1912 hours, 12 March 1943. Shot down by a night-fighter (Fw Vinke) and crashed 2158 hours at Spanbroek (Noord Holland), 16 km NE of Alkmaar.

Some people say this Website which is not online anymore is unreliable. Can you…

Voir l'original 420 mots de plus

« Soudain, nous avons été attaqué par-dessous et derrière… »

Pierre Lagacé:

Gilles Lamontagne raconte ses souvenirs de guerre…

Originally posted on 425 Alouette:

Gilles Lamontagne se raconte…

« Soudain, nous avons été attaqué par-dessous et derrière… »
Flight Lieutenant Gilles Lamontagne, C. P., C. D.

PER ARDUA AD ASTRA
Cette devise s’applique merveilleusement bien à l’escadrille 425:
PER ARDUA —
dès le début, en 1942, avec des bombardiers Wellington
AD ASTRA —
quelque quarante ans plus tard, avec les avions supersoniques F-I8.

425 45e 021 Wellington

Quel destin, pour ne pas dire quel privilège, que d’avoir été parmi les premiers pilotes à voler des bombardiers Wellington en 1942, et que ce même pilote ait été celui qui a pris la décision, quelque quarante ans plus tard, d’équiper nos aviateurs canadiens d’appareils F-18.

Je crois qu’à l’occasion de ce 45e anniversaire, il serait bon de se remémorer cette fabuleuse histoire de l’escadrille 425, et c’est de grand cœur — et non sans une certaine nostalgie, — que je vous soumets quelques faits couvrant la période de ses débuts…

Voir l'original 1  939 mots de plus