Pourquoi?

Pourquoi?

J’ai demandé à Nicolas de vous écrire suite à la mise en ligne de mon dernier billet

Soyez assuré que je ne mène pas ce combat pour rien. Trois raisons m’y poussent.

L’injustice, d’abord. Il faut écouter la vidéo pour bien comprendre qu’il y a une injustice envers Ross. Ceux qui ont fait le monument aux pilotes de Typhoon à Noyers-Bocage l’ont volontairement omis parce qu’il n’est pas mort les mains aux commandes de son avion. Ils ont jugé qu’il ne méritait pas de se retrouver auprès de ses frères d’armes. Sur la liste officielle dans l’église d’à-côté, il n’a pas été recensé non plus.

J’ai fait des démarches pour corriger le tir sur ce monument et j’ai essuyé un refus. Quelqu’un a même eu l’affront de prétendre que son dossier est un faux et que Ross était un mécanicien qui se costumait pour paraître sur les photos de l’escadron. Absurde et injuste.

Le sens du sacrifice, ensuite. Tant et aussi longtemps qu’on prend un nom sur une liste pour ce que cela semble être, soit un nom sur une liste de noms, on efface l’humanité que portait ce nom. Il y a une vie derrière ces hommes, et c’est mon travail de ramener ces vies à la nôtre.

Que signifie le nom de Napoléon Hattote sur un monument aux victimes de la Marine marchande, si on ne fait pas le lien avec son fils Lauréat, miraculé mais brisé psychologiquement par le même naufrage, et si on ne fait pas le lien avec son autre fils Émile, tué en Hollande?

Le transfert de la mémoire, finalement. Les jeunes générations ne répondent plus présents aux cérémonies traditionnelles. Les plaques commémoratives conventionnelles ne leur parlent pas. À mesure que les témoins s’effacent, il n’y a plus de moyen pour eux de comprendre ce qui s’est passé. Une œuvre sculpturale qui offre au regard le visage très symbolique de ce garçon mort tragiquement est à mes yeux une façon renouvelée de commémorer. C’est l’objectif de l’art : permettre aux gens de voir une chose sous un autre angle.

Flying Officer Ross Johnson and comrades in arms

Image colorisée par Pierre Lagacé

 

Ross Eveleigh Johnson from Doug Banks

Image colorisée par Doug Banks

Jour J pour Rossie

Message de Nicolas Paquin

Ross Eveleigh Johnson est un jeune pilote du Québec qui fait la Seconde Guerre mondiale. Le 15 juillet 1944, il est tué par un tir allemand. Il est oublié pendant des décennies, et aucun monument ne lui rend hommage en Normandie.

Cette campagne de sociofinancement servira à ériger un monument à sa mémoire. Une oeuvre d’art visuelle témoignant de l’inutilité des guerres et du gaspillage de vies qu’elles représentent.

Contribuez dès maintenant à la hauteur que vous le souhaitez. Que vous le pouvez. Quant à moi, qui ai choisi de mener à terme ce projet, j’enverrai mon petit recueil d’histoires de soldats de chez-nous, Le Nerf de la guerre, à tous ceux qui auront donné 25$ ou plus.

Merci!

Cliquez ici pour être dirigé sur le site gofundme.

Ross Eveleigh Johnson from Doug Banks

Image colorisée par Doug Banks