À la mémoire de Lorenzo Tremblay

Trouvé sur  Internet par  une  de mes lectrices

SOURCE

Le 14 juin 2015 est décédé à la Résidence Beaumanoir de Chicoutimi à l’âge de 90 ans, M. Lorenzo Tremblay, époux de feu Mme Lucienne Gagnon demeurant à Chicoutimi. La famille accueillera les parents et amis à la résidence funéraire Gravel & Fils, Réseau Dignité, 825, rue Bégin, Chicoutimi. Les heures d’accueil sont le samedi 20 juin 2015 à compter de 12 h, suivra la célébration de la Parole à 14 h à la chapelle Gravel & Fils. Il était le fils de feu M. Joseph-Benoit Tremblay et de feu Mme Marie-Blanche Gagné. M. Tremblay fut officier d’entraide pour les vétérans du Saguenay Lac St-Jean pendant plusieurs années. Il laisse dans le deuil ses filles : Michelle (Denis Labourdette) et Diane (Daniel Dubé). Il était le grand-père de feu Philippe, Audrey, Cinthia, Catherine, Caroline, Cindy, Vivianne, Katie, et Yann; l’arrière-grand-père de Logan, Lucien, Kate et Pierre-Olivier; il était le frère de : Pierre Tremblay (feu Pauline Garant), feu Majoric (Germaine Côté), feu Gérard (Madeleine Fortin), feu Gaston (Marie-Paule Gauthier), Cécile (feu Robert Turcotte), feu Ovila, Huguette (feu Paul Lacerte), Lucette (Alain Gravel), Monique, Marguerite Cossette. Il laisse également dans le deuil parents et amis. Un merci tout spécial au personnel de la Résidence Beaumanoir pour les bons soins prodigués. 

Lorenzo Tremblay

source

Je suis Lorenzo Tremblay, sergent dans le Régiment de la Chaudière, présent au Débarquement de la Normandie à Bernières-sur-Mer, le 6 juin 1944. J’ai perdu mon père à 11 ans. On était une famille de dix enfants. On n’avait pas de travail. J’ai donc décidé de m’enrôler. On est parti, une dizaine de ma place. J’étais opérateur de [la mitrailleuse légère] Bren .303 et de [la] lance-flammes. On était soixante-quatre sur le peloton, qui était le peloton [numéro] quatre de la compagnie de support de la Chaudière.

On s’est préparé pour le Débarquement en Normandie. On est embarqué à Southampton [Angleterre] le 5 [juin] à 5 heures le soir. On a passé la nuit sur l’eau et on est arrivé devant Bernières-sur-Mer vers 7 heures du matin. Après ça, la vraie guerre est commencée. On était réellement dans l’action. On ne pouvait pas débarquer à terre tout de suite. Ils nous ont emmenés sur des chalands. Ils nous ont emmenés au bord. On a combattu jusqu’à l’autre côté de Bernières. Nous avons passé la nuit derrière le village de Bernières. L’action a commencé cette journée-là et s’est poursuivie jusqu’à 4 mai 1945 [date de la reddition allemande], la journée de la victoire. Si je prenais le temps de vous expliquer partout où je suis allé, on en aurait pour la journée !

J’ai été à deux ou trois places avant Carpiquet. À Carpiquet, ça a été presque une semaine. On a passé à Rots – après ça à Colombelles, Rots et après Rots on est passé à Carpiquet. À Carpiquet, ça a été terrible parce que les [Canadiens] Anglais avaient pris Carpiquet. Ils ont fêté trop vite et les Allemands ont contre-attaqué. C’est nous autres, le Régiment de la Chaudière, qui a eu la job d’aller la reprendre à nouveau. On a mangé une vraie bonne claque; on a perdu beaucoup de monde.

J’ai changé d’équipe avec un sergent qui venait d’arriver d’une attaque. On faisait une attaque chaque jour. Chaque attaque, on changeait de section. Il y avait un sergent nommé Gagnon. Il était arrivé d’une attaque et il avait la grippe, il était malade. Il est venu me demander si je pouvais le remplacer pour la prochaine attaque et ensuite il me remplacerait pour deux autres attaques. J’ai accepté. Pendant que j’attaquais à sa place, nos propres avions se sont trompés de target [cible]; ils ont lancé des bombes sur nos positions. Armand Gagnon, il venait d’une place derrière Rivière-du-Loup. Le sergent Gagnon s’est fait tuer. Il est allé se cacher en dessous du carrier[la chenillette porte-Bren] et puis le carrier a reçu une bombe [le 14 août 1944, lors de l’avance vers Falaise]. Je vais vous dire que j’ai une mémoire épouvantable. Je me souviens de tout. Je vois tout mon chemin encore à l’âge que j’ai là, de A à Z. Je m’étais fait un journal et chaque jour je marquais des points de repère; où on était et ce qu’on allait faire ou ce qu’on avait fait. Je m’étais marié avant de partir du Canada, j’étais très en amour avec ma femme. Je m’ennuyais beaucoup de ma blonde. Ça a été tout mêlé avec mon histoire.

On est allé à Vimy, dans le même coin où la guerre de 1914-1918 s’est terminée. Ensuite nous avons déménagé à Nijmegen [Pays-Bas] et nous y avons passé l’hiver. J’ai passé dans des tunnels [à Vimy]. Nous n’y avons pas combattu, mais nous avons fait de l’exploration. On s’est aperçu que ce n’était pas la guerre de 1914-1918. C’était un autre genre de guerre. C’était une guerre motorisée. En 1914-1918 ils n’avaient pas d’avions et de bombardiers. Ils n’avaient pas l’équipement qu’on avait en 1939-1945. C’était du corps à corps en 1914-1918. C’est un mémorial. Quand on voit ce monument-là, il vous en passe des frissons. Ils n’en ont pas fait de monument pour notre guerre.

La nuit en rêve, je fais la guerre. Je suis pris dans un bombardement. C’est dur à expliquer, mais ça arrive très souvent encore. Je suis resté marqué par ça. Je n’étais pas vieux. Quand j’ai vu disparaître les côtes du Canada en quittant Halifax, j’aurais voulu ne pas pleurer, mais j’étais incapable. Je me disais, je reverrais mon pays si je suis chanceux. J’ai été assez chanceux pour revenir. On n’est pas beaucoup qui sont revenus du débarquement.

J’ai refait le voyage vingt fois en France, à tous les anniversaires. J’ai essayé de rencontrer les familles que j’ai connues. Je n’en ai pas trouvé. J’ai trouvé des amis qui ont voulu m’héberger. Comme à Amersfoort en Hollande, un nommé Kost on est en communication presque tout le temps. À Paris un nommé Mandrillon, on est en communication presque tout le temps depuis la guerre.

Les poilus de Brignac (34)

Pierre Lagacé:

Rendre un ultime hommage aux combattants de la Der des ders

Originally posted on En Quête d'Ancêtres:

Pour le centenaire de 14-18 j’ai décidé de rendre hommage à tous les poilus dont les noms sont gravés sur les monuments aux morts de nos communes et nos cimetières.

Des jeunes hommes dans la fleur de l’âge, emportés par le vent de l’histoire, loin de leurs familles, de leur villages.

Voici un premier relevė du monument aux morts de Brignac (Hérault), village d’origine de ma grand-mère paternelle et source d’une palanquée d’ancêtres.

Le monument aux morts de Brignac en 2013 (collection personnelle) Le monument aux morts en 2013 (collection personnelle)

Autrefois situé près du cimetière comme le montre une carte postale trouvée sur Delcampe, il fût déplacé de quelques mètres, à son emplacement actuel, au carrefour de la Route de Clermont et de la route de Cambous.

Monument aux Morts - Delcampe Le monument aux morts à son emplacement d’origine (Delcampe).

Le monument est gravé de 14 noms pour 14-18 (2 pour 39-45 dont le frère de ma grand-mère Roger Salasc, résistant, mort en…

Voir l'original 744 mots de plus

Ti-Mick

Pierre Lagacé:

Un an déjà…

Originally posted on Souvenirs de guerre:

J’ai beaucoup écrit sur le Jour le plus long.

Je vais donc céder ma place pour un instant.

Je ne suis pas allé en Normandie prendre ces photos.

Je pourrais bien vous berner et vous inventer toute une histoire comme certains vétérans l’ont probablement déjà fait. J’en ai connus et je préfère en rester là. Du moins pour le moment, car le moment n’est pas venu d’en parler. Je n’en parlerai probablement jamais plus que ça tout comme l’oncle de ma femme qui avait osé s’ouvrir un jour du mois de juillet 2009.

Ce fut sans doute son Jour le plus long après le naufrage de l’Athabaskan le 29 avril 1944.

Ce blogue lui rend hommage même s’il avait pu raconter cette anecdote du naufrage à la blague.

Mais je ne crois pas qu’il l’ait fait. Il n’était pas homme à trahir ses frères d’armes.

Revoici d’autres photos envoyées par…

Voir l'original 587 mots de plus

Interrogation of a German engineer – typewritten by J. B. Le May

Pierre Lagacé:

Un autre souvenir de guerre de Jean Bernard Lemay

Jean Bernard Lemay était commis (orderly) au sein du 127 Wing de la RCAF durant le Seconde Guerre mondiale. Il a dactylographié cette entrevue faite avec un ingénieur allemand.

Originally posted on RCAF No. 403 Squadron:

This comes from J. B. Le May’s collection of WW II artefacts. It was typewritten by him.

image

image

image

Voir l'original