Les Fusiliers Mont-Royal – un commentaire à propos de bretelles

Mon blog est plutôt tranquille depuis mon dernier billet écrit le 28 mars sur le FMR. Je ne voulais pas mettre en ligne ce billet le premier avril…, car ceci est une histoire vraie.

Un lecteur cherche plus d’information sur un don de bretelles aux gars qui faisaient partie de l’unité combattante des Fusiliers Mont-Royal pendant la Seconde Guerre mondiale. Il m’écrit ceci:

Un don avait été fait par le colonel Roméo Gauvreau (colonel honoraire et père du brigadier général Guy Gauvreau).

Pourquoi ce don? D’où est venue cette idée ou quelle était la nécessité? L’armée canadienne n’en fournissait-elle pas déjà ou était-ce en plus de celles qui étaient fournies? Quand exactement et en quelles circonstances ? Combien de paires de bretelles furent données? Le FMR était-il le seul régiment à en disposer ? Se portaient-elles comme n’importe quelle autre paire de bretelles ou avaient-elles de particularités? Quelqu’un en aurait-il conservé une paire comme souvenir de guerre ou autre?

Comme je le disais, je ne sais pas grand chose des Fusiliers Mont-Royal, encore moins au sujet de bretelles. En tout cas Adrien Tremblay n’en portait pas sur cette photo prise le 31 janvier 1944 avant de se retrouver overseas

Adrien Tremblay janvier 1944

Pour en savoir plus sur Roméo Gauvreau…

Source:

http://lesfusiliersmont-royal.com/musee/fr/mediatheque-item/romeo-gauvreau/

ROMÉO GAUVREAU

Après les membres de la famille Forget (Sir Rodolphe et Maurice) qui seront tous deux colonels honoraires du régiment, les Fusiliers Mont-Royal connaîtront une autre famille dont le père et le fils serviront comme colonels honoraires.

En effet, le financier J. Roméo Gauvreau, père du brigadier général Guy Gauvreau, un des militaires les plus prestigieux de l’histoire du régiment Les fusiliers Mont-Royal, servira lui-même comme colonel honoraire dès 1941 au cours de la Deuxième guerre mondiale. Outre son fils le brigadier-général Guy Gauvreau, deux autres fils serviront au sein du régiment : Jacques aura le grade de major et Marcel le grade de caporal.

C’est donc dire que quatre membres de la famille Gauvreau porteront l’uniforme régimentaire à une époque ou une autre.

Les membres des Fusiliers Mont-Royal, en service durant la Deuxième Guerre se souviendront surtout du colonel J. Roméo Gauvreau comme étant celui qui aura fourni à chacun une paire de bretelles qui s’avérera très utile.

C’est cependant surtout à partir de 1932, comme deuxième vice-président du Parc Belmont, célèbre parc d’attractions moderne, situé à Cartierville, sur les bords de la Rivière-des-Prairies pendant un demi-siècle, qui avec sa trentaine de manèges et de montagnes russes à charpente de bois feront la joie de plusieurs générations d’enfants que Roméo Gauvreau se fera connaître.

À cette époque, le premier vice-président de la compagnie est l’entrepreneur bien connu Charles-Émile Trudeau, le père du futur premier ministre du Canada Pierre Elliot Trudeau. C’est en 1993 que J. Roméo Gauvreau deviendra président, poste qu’il occupera jusqu’à son décès en 1967. Son fils, le major Jacques Gauvreau, lui succédera jusqu’en 1979.

Par ailleurs, le Colonel J. Roméo Gauvreau sera également connu dans le domaine sportif en tant que vice-président des Royaux de Montréal, l’équipe professionnelle de baseball de Montréal qui pendant plusieurs décennies jouera au Stade Delormier en tant que filiale des Dodgers de Brooklyn au sein de la Ligue internationale de baseball. Le Colonel J. Roméo Gauvreau figure d’ailleurs sur la photo officielle de la signature du contrat de Jackie Robinson comme premier joueur noir à évoluer dans le baseball professionnel américain.

Souvenirs de guerre

Souvenirs de guerre avait débuté par l’histoire d’un jeune marin qui avait menti sur son âge. Il en avait assez de son père autoritaire selon lui. On serait au début 1944. Pierre s’enrôle dans la Royal Canadian Navy et se retrouvera dans la salle des machines du HMCS Athabaskan G07 le 29 avril.

En juillet 2009, 65 ans plus tard il en parle pour la première fois lors d’une réunion de famille alors que celle-ci parlait plutôt de son frère Jean blessé sur les plages de Normandie.

Jean faisait partie des Fusiliers Mont-Royal.

Lui, les Fusiliers Mont-Royal, il les surnommait les Fous alliés Mont-Royal!

Selon les historiens, les Fusiliers Mont-Royal n’étaient pas sur les plages le 6 juin, pourtant Jean s’y trouvait avec un éclat d’obus dans le ventre, blessure qui allait se transformer en cancer au début des années 60.

Pierre, Jacques et Jean

Je ne connais rien des Fusiliers Mont-Royal sauf qu’un cousin de mon père en faisait partie. Adrien Tremblay n’est jamais revenu de Hollande.

2008-08-27 Adrien Tremblay

De l’automne 1944 au printemps 1945, la Première armée canadienne a joué un rôle important dans la libération des Pays-Bas et du peuple néerlandais, qui souffrait de la famine et d’autres privations sous le contrôle des Allemands de plus en plus désespérés. Les chaleureux rapports qui existent toujours entre le Canada et les Pays-Bas constituent un émouvant témoignage du sacrifice ultime consenti par des milliers de Canadiens et de la gratitude éternelle qu’éprouvent le peuple néerlandais d’avoir été libéré de la tyrannie qui régnait dans leur pays.

Source: http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/history/second-world-war/liberation-netherlands

 

Sa mère Alice Métayer aurait attendu Adrien toute sa vie avant de mourir en 1982 pour le rejoindre au paradis…

Alice Métayer Aurele Tremblay 1919

Souvenirs de guerre se veut un lieu de partage où vos souvenirs de guerre et ceux de vos proches rendent hommage à ceux qui ont combattu pour la liberté.

Laissez-moi un commentaire.

Je réponds toujours…

 

 

29 avril 2018 – Le Jour du souvenir

Note:

For my English-speaking readers. These newspapers clippings are from the family of Able Seaman Paul Chamberland, courtesy of Pierre Barrette. These were shared on this Website.

http://www.forposterityssake.ca/GALLERIES/ATHABASKAN-G07.htm

They are used by special permission.


(1 & 2) Terrible odyssey of 5 sailors from the Canadian ship Athabaskan – 27 September 1944 

ATH0079

ATH0081

(3 & 4) Three sailors from Athabaskan saved from the high sea

 

ATH0080

 

(5) Five sailors from Athabaskan have escaped the Germans – 29 Aug 1944 

ATH0082

(6) LS Stanley Dick missing with HMCS Athabaskan 

ATH0083

 

 

(7) Sailors Beaudoin and Dion disappear with the Athabaskan  ATH0085

(8) Cold blood of a Sailor – Lt G.K. Cowan remembers G.J. Parsons – 04 May 1944 

ATH0086

(9) Preparations for the invasion provoked the action which resulted in the sinking of the Athabaskan 

 

ATH0087

(10) Raymond Miller, serving in Athabaskan, was saved 

ATH0088

 

(11) Canadian destroyer Athabaskan sinks in the channel 

ATH0089

 

(12) Two Quebecois return home – Arthur Beaudoin and John Fairchild 

ATH0091

 

(13 & 14) Six Quebecois lost with HMCS Athabaskan – 05 May 1944 

 

ATH0092ATH0093

 

ATH0094

(15) Leaders of political parties pay tribute to the sailors of the Athabaskan – 02 May 1944 

ATH0096

(16 & 17) Loss suffered by the Canadian Navy – 14 May 1944 

ATH0097

(18) Loss suffered by the Navy 

ATH0099

 

(19) Quebec sailors missing 

 

ATH0100ATH0101

 

(20) HMCS Athabaskan POWs arrive in England – 16 May 1945 

ATH0102

 

(21) The valiance of Athabaskan sailors is praise – 02 May 1944 

ATH0104

(22)  Thirty-five survivors of HMCS Athabaskan arrive in Canada – 04 May 1944 

ATH0105

 

(23) Athabaskan survivors and casualties 

 

ATH0106

(24) LCdr Dunn Lantier missing 

 

ATH0108

 

(25) Sailor Germain Dion killed 

ATH0109

(26) HMCS Athabaskan sunk 

ATH0110

(27) Sailors Liberated – 11 May 1945

ATH0111

 

André Lauzon

André Lauzon

Attaque_de_l'aviation

Attaque par des Beaufighters

Beaufighter_atteint_de_balles_2

Dommage au Beaufighter

papa et pilote 404

André Lauzon et David Andrews

papa squadron 404

André Lauzon

Papa_et_autre_aviateur

André Lauzon et David Andrews

Photo_de_grouge

Royal_Canadian_Air_Force

La traduction du commentaire laissé sur un site Internet, maintenant disparu et qui rendait hommage à l’escadrille 404, nous en dit plus long sur les faits d’armes d’André Lauzon et de son frère d’armes le pilote David Andrews.

La page web de l’histoire du 404e Escadron est bien présentée. J’ai été membre de l’escadron d’avril 1943 à juillet 1944. Le compte rendu des événements du 1er mai 1943 devrait inclure le nom du pilote et du  navigateur qui étaient David Andrew comme pilote et André Lauzon comme navigateur. Ils pilotaient le Beaufighter « B ». L’avion a été touché par plus de 100 balles de mitrailleuses. Aucun canon de 20 mm n’a été tiré; le pilote du Messerschmitt n’avait manifestement pas engagé ses canons… Cela pourrait expliquer pourquoi le Beau a pu revenir avec deux pneus à plat, le moteur bâbord qui fuyait, sans pression d’air et sans hydraulique.

Nous apprécierions que les noms des équipages soient mentionnés. Andrew et Lauzon terminent tous deux un tour de 38 opérations, qui se termine en juillet 1944.

Je joins une photo du pilote David Andrew et du navigateur André Lauzon, ainsi qu’une photo de B prise par moi-même avant que le Beau ne soit remorqué hors des limites du hangar.