Je me souviens

Je me souviens de ma première rencontre avec Jean-Paul Corbeil en mai 2010. Il avait mis un commentaire sur Souvenirs de guerre, et j’étais allé le rencontrer à Laval.

Monsieur Corbeil, je l’avais rencontré une bonne cinquantaine de fois depuis mai 2010. Peut-être même plus que cinquante fois, car j’avais arrêté de compter. Il m’en avait appris beaucoup sur lui, et surtout sur l’escadrille les Alouettes. Nous nous étions liés d’amitié. J’avais décidé de poursuivre l’histoire des Alouettes sur un autre blogue que Souvenirs de guerre afin de rendre hommage spécial aux Alouettes et aussi un peu à lui.

Faute de place pour mettre toutes les photos que je trouvais sur l’escadrille, j’ai créé une suite au premierDes photos j’en avais trouvées beaucoup pour honorer la mémoire des Alouettes. Je pensais les avoir toutes trouvées sur Internet jusqu’à je fasse la rencontre virtuelle de la fille de Réal St-Amour.

Chantal possédait deux gros albums de photos de son père.

Elle avait tout numérisé en mémoire de son père et des Alouettes… 

En haute résolution s’il-vous-plaît!

La fameuse photo du 14 juillet 1944 vient de son père.

Il en avait plusieurs autres prises cette journée-là…

L’histoire des Alouettes a commencé à s’écrire sur mon premier blogue suite à des rencontres virtuelles ou à plusieurs rencontres avec de vrais vétérans.

Jean-Paul Corbeil nous a quitté le 3 octobre dernier. Je l’avais revu en septembre à l’hôpital des Vétérans. Il tenait absolument à me revoir. Je lui avais alors apporté des photos que j’avais spécialement colorisées pour lui. Il y avait celle-ci où il se tenait les bras croisés.

Un de mes lecteurs m’avait dit qu’il avait compté 268 alouettes. Il y aurait donc 268 histoires à raconter derrière cette photo prise en septembre 1944. Jean-Paul Corbeil venait de terminer son tour d’opérations en juillet.

40 opérations!

En 2015, lui et moi nous avons fait une dernière mission ensemble.

Le 6 juin 1944 Jean-Paul Corbeil était dans le ciel de Normandie…

Montage réalisé par Lucie Corbeil en hommage à son père

Un dernier petit clin d’oeil à monsieur Corbeil…

Dans mes rencontres je lui parlais que j’avais trouvé plein de dessins sur le nez des Handley Page Halifax de l’escadrille 425 Alouette, et une petite mitrailleuse Vickers  .303 dans le nez… plus psychologique que tactique.

Il m’obstinait dur comme fer que non ça n’existait pas dans son temps.

Pourtant elle était bien là…

Les dés sont sur le tapis

C’est le message du 5 juin 1944 à la Résistance.

http://histoire.normandie-dday.com/decouvrir-lhistoire/les-normands-dans-la-bataille/la-resistance/?i_k=macle2

Le débarquement…

http://histoire.normandie-dday.com/decouvrir-lhistoire/le-debarquement/?i_k=macle2

 

Photos de la collection de Earl Silver, partagées en 2009.

Les sanglots longs des violons de l’automne…?

En 2014, un lecteur m’avait écrit ce commentaire.

NON ! LES RIMES DE VERLAINE N’ONT RIEN A VOIR AVEC LES RÉSISTANTS DE NORMANDIE !
Il faut absolument arrêter de croire aux messages véhiculés par le film américain  » Le jour le plus long « . Le message tiré des vers de Verlaine ne concernait absolument pas les résistants de Normandie mais ceux du centre de la France ! Pour certains résistants normands, le message qui devait les mettre en alerte était :  » LES DES SONT SUR LE TAPIS « . Il ne signifiait pas forcément pour eux que le débarquement allié était en cours, ils l’attendaient depuis si longtemps, mais les actions de résistance qu’ordonnait une telle communication leur a donné l’espoir que quelque chose de plus important que d’habitude était en train de se passer.

Je lui avais demandé de me donner ses sources.

Je n’ai jamis eu de réponse.

Qu’à cela ne tienne, j’ai trouvé ceci en googlant ceci: LES DÉS SONT SUR LE TAPIS.

Voici un extrait de l’article.

Early on the evening of 5 June 1944, the BBC broadcast a coded message to Resistance units in Nazi-occupied France. « Les dés sont sur le tapis » (« The dice are down ») the announcer said and then, a few moments later: « Il fait chaud à Suez. » It was the signal that the Resistance had been waiting for – for them to attack the Germans’ lines of communication because the greatest naval invasion in history was at hand. Across the Channel, the final preparations were underway. Shortly before midnight, in towns and villages across southern England, the air filled with the roar of hundreds of aircraft engines. Thousands of people in their dressing gowns and pyjamas went out into their back gardens, staring up into the sky at the vast armada silhouetted against the clouds. Some dropped to their knees and prayed for success; others simply said: « This is it » and went back to bed.

Mon ami Willi

Je ne connaissais pas Willi Küllertz quand il a écrit ceci le 31 août 2018…

La source est ici…

http://pga-medoc.fr/willi-kullertz/

Willi Küllertz

31.8.2018

Sujet: 24.08.1944
Nom: Willi Küllertz

Message :

Pourquoi le Médoc ? – à cause du 24 août 1944 !
Je reviens un peu en arrière : il y a environ 2 ans, ma mère m’a remis une caisse avec des vieux documents de mon père. En fait, j’étais déjà très bien informé sur la période où il avait été soldat puis prisonnier, parce qu’il répondait toujours volontiers quand j’avais des questions sur ce sujet. Et donc j’avais pu me faire, en gros, une idée sur cette partie de sa vie. Et puis j’ai regardé dans la caisse et de nombreuses nouvelles questions se sont posées. Depuis, je me suis attelé infatigablement – comme pour une mosaïque- à organiser tous les petits détails pour former un tableau complet.
Mon père (1925-2000) était dans la Kriegsmarine brigadier-chef mécanicien sur le torpilleur T24. Leur zone d’engagement était à l’époque le golfe de Gascogne, avec Bordeaux comme port-arsenal. Comme souvent déjà, le T24 se trouvait avec le destroyer Z24 en rade dans l’estuaire de la Gironde entre Royan et Le Verdon, en tant que position de DCA flottante. La raison pour laquelle ils ne « sortaient plus » était le manque de carburant et des dégâts non réparés sur les bateaux.
A ce moment là, ces 2 bateaux étaient les deux derniers bâtiments d’une certaine taille que la Kriegsmarine possédait encore en zone Ouest, tous les autres avaient déjà été détruits.
Au matin du 24 août 1944, ces deux bateaux ont été attaqués par un groupe formé de bombardiers Mosquito britanniques et canadiens. C’était du reste l’une des toute premières attaques de missiles air-mer. Le T24 fut gravement touché et coula tout de suite. Le Z24 parvint, bien qu’il donne fortement de la bande, à se réfugier au Verdon où il coula la nuit-même dans le port. Il y eut de nombreux morts et blessés. Ils furent repêchés par la capitainerie du port du Verdon. Mon père a survécu à tout cela et resta dans la forteresse Gironde-Sud en tant que fantassin dans le « bataillon de marine Narvik » formé avec les survivants.
D’après les documents officiels de la WASt à Berlin, il a été fait prisonnier le 20.04.1945. Il a donc survécu à la guerre. Au dépôt de PG 184 à Soulac, il a cherché et désamorcé des mines les premiers temps. Il a aussi survécu à cela. Il y avait des morts tous les jours. Celui qui survivait au déminage pouvait aussi mourir dans la nuit ; au matin, on sortait les dépouilles. La raison ? le manque de nourriture, il n’y avait rien à manger. Par chance, il a aussi survécu à ça. Après quelques mois, il fut envoyé comme travailleur chez un viticulteur. Là, les choses allèrent mieux pour lui. Au bout de peu de temps le « méchant allemand » faisait quasiment partie de la famille. Il rentra chez lui en décembre 1948. Au cours de ses dernières années, il m’a souvent demandé si je n’aurais pas envie de retourner là-bas avec lui. « Bien sûr !» lui ai-je toujours répondu. Mais qui aurait imaginé qu’il nous quitterait si tôt ? Et la promesse que je lui avais faite n’a pas été tenue. Mais je ne voulais pas renoncer à ce qui restait moralement de ma promesse. Après tout, mon père me regarde encore de tout là-haut…
Entre temps, j’ai lu le livre « Spurensuche am Atlantik » de Karin Scherf. Après une conversation téléphonique avec elle, les choses étaient claires pour moi : il fallait que j’y aille ! Après des recherches intensives, j’ai pu retrouver la famille des descendants du viticulteur. Il y a eu de l’intérêt des 2 côtés et, en août 2018, j’ai passé avec ma femme 2 semaines de vacances chez la belle-fille du patron à St Gaux (qui fait partie de St Germain d’Esteuil). Nous avons fait la connaissance de toute la famille. Des gens adorables et très respectueux. Ça c’est l’Europe vivante! Un séjour formidable ! Un mélange d’une région + ses habitants, de détente + plaisirs et de cours d’histoire en direct. J’ai pu combler nombre des lacunes qui demeuraient dans mes documents. Mes attentes, pourtant très hautes, ont été incroyablement surpassées. Et je le referais sans hésiter ! Ce sont les vacances les plus extraordinaires de ma vie jusqu’à présent !
Le seul « trou » dans mes recherches reste toutefois l’attaque du 24 août 1944. L’unité aérienne britannique est dissoute depuis longtemps et, aux Archives Militaires de Londres, on montre peu d’intérêt. L’unité canadienne, après contact avec l’officier de presse, m’a envoyé quelques photos. Mais rien d’autre. Mes résultats sont donc bien maigres.
Je suis extrêmement intéressé par des informations supplémentaires sur la forteresse Gironde-Sud, le bataillon de marine Narvik et le dépôt de PG 184.
Pensez-vous qu’il y ait une possibilité d’obtenir d’autres informations, éventuellement par des Archives, des témoins ou des récits de l’époque ?
Je serai reconnaissant pour le moindre détail. Auriez-vous envie de « monter dans ce train » ? Si oui, je vous en remercie d’avance. Je serai content d’avoir une réponse de votre part. J’insiste là-dessus car je n’ai pas l’intention de faire une quelconque pression sur qui que ce soit. Seule la patience est récompensée.

Willi Küllertz

Willi m’a trouvé sur Souvenirs de guerre en janvier dernier.

Son père était chef-mécanicien à bord du torpilleur T24 qui coula l’Athabaskan le 29 avril 1944. Il était dans la salle des machines. L’oncle de ma femme, lui, était dans la salle des machines de l’Athabaskan… Wilhelm Küllertz a peu parlé de son service militaire à ses fils. Il a parlé par contre de ses trois ans en captivité en France. Willi avait écrit les mémoires de guerre de son père en allemand. Je les ai traduites en français et en anglais sur le blogue que j’ai crée pour son père et lui.

75 ans plus tard l’histoire du torpillage de l’Athabaskan s’écrit de nouveau.

Les souvenirs de guerre d’un marin allemand – Chapitre quatre

 

Voici la suite de l’histoire d’un marin allemand telle que racontée par son fils Willi. Son père Wilhelm Küllertz n’a pas tellement parlé de l’attaque des Beaufighters qui coulèrent le torpilleur T24.

Dans l’estuaire de la Gironde, les deux navires sont apparus plusieurs fois ensemble. En raison de la pénurie de carburant et des dommages non réparés causés par différentes attaques depuis le 29 avril 1944, les deux navires ont été utilisés pour se protéger contre les raids aériens sur la région de Royan et du Verdon comme navires antiaériens flottants. Après l’évacuation de Bordeaux en août 1944, les forteresses de la Gironde-Nord (Royan) et de la Gironde-Sud (Le Verdon) se forment et le 24 août 1944, le T24 et le Z24 sont de nouveau en attente dans l’estuaire de la Gironde. Ils ont subi une autre attaque aérienne sérieuse de la part de deux escadrons du Coastal Command, le 404e Escadron de l’ARC et le 236e Escadron de la RAF. Les navires ont été attaqués par un total de 18 Beaufighter. Ce fut l’une des premières attaques à la roquette de l’histoire, au cours de laquelle T24 reçut quelques coups sous la ligne de flottaison et coula immédiatement. Le Z24, a également pu atteindre Le Verdon mais a coulé plus tard dans la nuit. Il y a eu beaucoup de morts et de blessés. Cependant, la flottille de protection du port a pu sauver la plupart des marins. Wilhelm Küllertz a survécu à l’attaque sans subir de blessures graves et il a réussi à s’échapper à temps du bateau qui coulait. Aussi de la mer agitée (le fort courant de la Gironde) il a pu survivre et a été sauvé. Selon ses propres dires, il n’a pas été blessé et il a été en mesure de soutenir les opérations de sauvetage et a aidé à sauver des vies. Pour cela, on lui a probablement décerné la croix de fer première classe, mais il ne l’a jamais reçue.

Willi Küllertz


Je ne suis pas l’auteur de ce qui suit. 

La source est ici:

http://www.laroyale-modelisme.net/t17265-24-aout-1944-la-fin-du-z24-et-du-t24-devant-royan-et-le-verdon

Le récit de l’attaque est tout à fait remarquable et raconte la fin du T24, le navire du père de Willi Küllertz.


14 août 1944, la fin du Z24 et du T24

Bonjour à tous,
Je vais vous présenter une histoire vraie, dont mon père m’a parlé quand j’étais gamin et dont j’ai trouvé des traces dans les archives de mon grand-père. Il s’agit de faits historiques qui se sont déroulés dans l’estuaire de la Gironde et qui retracent quelques-uns des faits d’armes de la Kriegsmarine dans la région. Le texte est assez long et j’ai essayé de l’agrémenter de photos d’époques des différents navires prises sur les lieux.

Bonne lecture les amis

Les flottilles allemandes en Gironde :

Les premières flottilles arrivent en Gironde dès l’été 1940. Pendant quatre ans, placées sous l’autorité de la 4.Sicherungsdivision, ces flottilles vont être chargées d’assurer l’escorte des convois le long des côtes du Sud-Ouest et de veiller à la sécurité de l’estuaire de la Gironde.

La 2.M.Flotille du Korvettenkapitän Kurt Thoma arrive à la fin du mois d’août 1940 pour nettoyer l’estuaire infesté de mines. Le mois suivant arrive la 4.Vp.Flotille du K.Kpt. Karl Wilhelm Müssen qui sera affectée à Bordeaux.

En janvier 1943, la 2.M.Flotille sera transférée à Bénodet, puis est remplacée à Royan par la 8.M.Flotille du K. Kpt Gerhard von Kamptz. Au début du mois d’août, le port de Royan se voit attribuer la 2.Sperrbrecher-Flotille du K.Kpt Rudolf Kömer.

Au printemps 1942, la 8.M.Flotille quitte la Gironde pour rallier la Manche et est remplacée par la 6.M.Flotille du K.Kpt Hans John. Celle-ci, est rejoint en mars 1943 par la 28.M.Flotille, du K.Kpt Gerhard Bidlingmaier, qui s’installe à Pauillac. Enfin en juin, la 6.M.Flotille rejoint Concarneau et la 8.M.Flotille est de retour à Royan.

En 1944 ne restent donc en Gironde que les 8. et 28.M.Flotillen, la 2.Sperrbrecher-Flotille et la 4.Vp.Flotille, qui seront toutes anéanties en août par l’aviation alliée.

Petite revue des forces en présence dans l’estuaire durant la guerre:

La 2.Minensuchflottille
Cette flottille, constituée en Allemagne en 1936, est dotée de 13 bâtiments de la classe M35 ou M39.

La 4.Vorpostenbootsflottille
Constituée en Allemagne le 25 septembre 1939, cette flottille de patrouilleurs est dotée de 19 bâtiments codés du V404 à V411, du V413 au V415, du V420 au V422 ainsi que du V424.

La 2.Sperrbrecherflottille
Créée à Wessermünde en Allemagne le 1er juillet 1940, cette flottille est constituée de navires marchands adaptés pour le dragage des mines magnétiques. Elle aligne 18 bâtiments. Le Tulane fût un temps transformé en navire de commandement. Cette flottille, constituée en Allemagne en 1936, est dotée de 13 bâtiments de la classe M35 ou M39.

La 8.Minensuchflottille
Constituée le 14 mars 1941 à Kiel-Wik, cette flottille est affectée à Royan afin d’être utilisée dans des missions de dragage, de convoyage et de protection des navires en transit le long des côtes. Elle dispose de 14 bâtiments des types M35, 38, 39 et 40.

La 6.Minensuchflottille
Cette flottille, reconstituée le 15 mai 1942, est dotée de 14 bâtiments de la classe M39.

La 28.Minensuchflottille
Constituée le 1er décembre 1942, avec les équipages de l’ancienne 18.M-Flottille, cette flottille aligne 9 navires du type M40.

La 8.Zerstorerflottille
Au début de l’année 1943, les briseurs de blocus éprouvent de plus en plus de difficultés pour passer au travers des mailles du filet tendu par les anglo-saxons. Aussi, le haut-commandement décide-t-il de transférer en Gironde une flottille de destroyers afin de protéger leurs mouvements dans le dangereux golfe de Gascogne.

Choisie pour cette mission, la 8.Z.Flottille quitte la Norvège pour atteindre Le Havre le 6 mars après un court passage dans un port allemand. En deux étapes nocturnes, le Z23, le Z24 et le Z32 gagnent la Gironde qu’ils atteignent dans la matinée du 8 mars, après avoir passé la journée précédente à Cherbourg. Escortés dans l’estuaire par le Sperrbrecher 5 Schwanheim, ils arrivent finalement à Bordeaux à 8 h 00. Le Z37, resté au Havre pour avarie, rejoindra Royan dans la soirée du 19 mars en compagnie du T2.

Les destroyers effectuent alors plusieurs missions d’escortes, l’opération « Sacco » en protection du briseur de blocus Himalaya, ou l’opération « Arno » à la rencontre du Pietro Orseolo qui arrive d’Extrême-Orient. Le 3 mai, le Z23, le Z24 et le Z32 quittent la Gironde pour une série d’exercices dans le golfe. Au retour le 6 mai, le Z23 gagne La Pallice où il va rester en révision générale pendant quatre mois, jusqu’au 10 août. Les deux autres destroyers rentrent à Bordeaux. Une patrouille les mène jusqu’à Brest le 4 juin, mais ils sont de retour à Royan cinq jours plus tard. Le 14 juin, ils appareillent pour se porter à la rencontre de l’U-564 qui vient de lancer un appel de détresse. Mais le Z32 doit faire demi-tour sur ennuis mécaniques et le Z24 arrive trop tard, le sous-marin ayant été coulé par un Whitley de la No 10 OTU. Son équipage, recueilli par l’U-185, est transféré à bord du destroyer qui le conduit en Gironde.

Au début du mois suivant, le Z24 et le Z37 partent recueillir les U-180, U-518 et U-530 de retour d’opération. Ils les accompagnent jusqu’à Bordeaux le 3 juillet. Enfin le 22 juillet, le Z24, le Z32 et le Z37 escortent les U-117, U-459 et U-461 partants en opération.

Au cours des mois suivants, l’activité de la flottille va se résumer à quelque sorties dans la golfe de Gascogne pour effectuer des manœuvres et des exercices de tir et de torpillage. Le 5 novembre, la flottille est renforcée par les destroyers Z27 et ZH1, qui arrivent au Verdon dans la soirée. En décembre la flottille participe aussi à l’escorte des briseurs de blocus rentrant d’Extrême-Orient.

Le 1er janvier 1944, le Z24 est transféré à La Pallice pour y subir, au Kriegsmarinewerft, une profonde refonte qui va durer quatre mois. Le 29 janvier, trois destroyers appareillent pour une série d’exercices dans le golfe. Mais dans la nuit le Z32 entre violemment en collision avec le Z37 à la suite d’une fausse manœuvre, provoquant l’explosion d’une torpille à bord de ce dernier. Des incendies se déclarent sur les deux destroyers, mais ils sont maîtrisés. Gravement endommagé sur tribord arrière, le Z37 peut être remorqué par le Z23 jusqu’aux Chantiers de la Gironde, mais il restera indisponible jusqu’à ce qu’il soit finalement sabordé le 25 août. Le Z32, dont la proue est enfoncée, restera indisponible jusqu’au 2 mai. L’activité de la flottille sera relativement réduite jusqu’au débarquement.

Le 9 mars toutefois, le Z23 et le ZH1 appareillent pour se poster dans le sud du golfe de Gascogne à la rencontre du sous-marin japonais I-29 qu’ils escortent en compagnie des torpilleurs T27 et T29 jusqu’à Lorient.

Le 5 mai, la flottille est rejointe par le Z24, qui vient d’achever sa refonte.

Un dernier exercice est effectué dans le golfe par les quatre destroyers entre le 17 et le 19 mai, puis le Z23 gagne La Pallice pour y subir une nouvelle refonte.

Ainsi, ce n’est qu’avec trois destroyers que la 8.Z-Flottille, commandée par le Kpt.z.S Theodor Freiherr von Mauchenheim, va quitter la Gironde le 6 juin pour aller combattre la flotte d’invasion alliée. Seul le Z24 en reviendra, pour être coulé devant le Verdon le 24 août en compagnie du T24. Le Z23 de son côté, endommagé le 12 puis le 16 août par les bombardiers lourds britanniques visant le port de La Pallice, sera sabordé le 21 août.

Objectif : anéantissement des forces de surface

Dès le fin juillet 1944, les britanniques lancent sur les côtes du golfe de Gascogne une grande offensive (opération « Kinetic ») contre les derniers navires de la Kriegsmarine. Les redoutables chasseurs-bombardiers du Coastal Command ont fait leur apparition au dessus de l’estuaire et en un mois, ils vont provoquer une véritable hécatombe. Leur première victime est le dragueur auxiliaire M4457 ex-C.P. Andersen (423 BRT) qui est coulé le 28 juillet devant Hourtin. Au cours de la même attaque, le patrouilleur V410 est endommagé. Infestées de mines et continuellement survolées par les chasseurs bombardiers, les eaux de l’estuaire deviennent extrêmement dangereuses. Avec le mois d’août, la descente aux enfers pour les navires de la Kriegsmarine basés en Gironde va être rapide et irréversible.

La navigation devient de plus en plus difficile, gênée par les nombreuses mines magnétiques qui constituent une importante menace. Presque chaque nuit, une dizaine de Halifax du Bomber Command viennent les larguer dans l’estuaire. Les dragueurs lourds et les Sperrbrechers font leur possible pour déminer, mais la tâche est énorme. Le 11 août, deux dragueurs de la 8.M-Flottille quittent Bordeaux avec du ravitaillement pour la forteresse de Saint-Nazaire. Mais à 19h55 devant Pauillac, le M27 de l’ObIt.z.S. Christoph Schickel heurte une mine et coule. Le naufrage fait quarante-et-un morts, dont le K.Kpt. Arnuif Hoizerkopf, commandant la flottille. Endommagé le 17 août à 0h 20, le dragueur lourd M363 parvient à rentrer à Bordeaux. Le lendemain, le M304 est lui aussi endommagé. Le dragueur auxiliaire M4207 ex-Les Baleines (253 BRT) a par contre moins de chance. Il coule à 18h57 près de la bouée n° 35.

La principale menace, qui pèse sur la navigation en Gironde, vient du ciel. Dans la matinée du 12 août, trente cinq Mosquitos des No 235 et 248 Squadrons s’en prennent aux navires évoluant à l’entrée de l’estuaire. Devant Royan, ils attaquent à la bombe et au canon un dragueur lourd et trois patrouilleurs. Sérieusement touché, le M370 doit s’échouer à 10h20.

Devant Le Verdon, le Sperrbrecher 5 Schwanheim n’est que légèrement endommagé à 10h30, mais ses heures sont comptées. Le patrouilleur V410 ex-Germania (427 BRT), incendié à 10h45, est abandonné par son équipage qui a deux tués. Les gros Sperrbrechers sont l’une des proies favorites des chasseurs-bombardiers.

Dans la matinée du 13 août, à 9h30, dix-huit Beaufighters des No 236 et 404 Squadrons conduits par le W-Cdr A. Gadd surprennent le Sperrbrecher 5 Schwanheim (5339 BRT) et le Sperrbrecher 6 Magdeburg (6128 BRT) à l’ancre devant Royan.

Attaqués à la roquette et au canon, ils ripostent violement mais sont rapidement mis en feu. Ils couleront dans la matinée du lendemain. Les équipages ont subi de nombreuses pertes, dont treize morts sur le Schwanheim et huit sur le Magdeburg. Un appareil du No 236 Squadron a été abattu.

Le 14 août, les Mosquitos endommagent devant Le Verdon le Destroyer Z24, qui a été repéré l’avant-veille sans être attaqué, et le tanker Schwarzes Meer (3371 BRT). Sortant juste de réparation suite à l’engagement du 9 juin dernier en Bretagne, le destroyer reçoit cinq roquettes et une centaine d’obus qui provoquent encore de gros dégâts. Il doit retourner à Bordeaux pour de nouvelles réparations.

Le 21 août, après plusieurs jours de mauvais temps, les chasseurs-bombardiers sont de retour sur l’estuaire. A 17h30, les Mosquitos des No 235 et 248 Squadrons coulent le draguer lourd M292 et endommagent le patrouilleur V407. Trois jours plus tard, ils coulent devant Royan le patrouilleur V473 ex-Ferdinand Niedermeyer (286 BRT). Ce même 24 août, les Beaufighters obtiennent leur plus belle victoire en détruisant le destroyer Z24 du K.Kpt. Heinz Birnbacher et le torpilleur T24 du Kptlt. Wilhelm Meentzen devant le Verdon (je reviendrai sur cet épisode en partculier).

La dernière victime des chasseurs-bombardiers est le petit patrouilleur V411 ex-Saarland (435 BRT) qui est attaqué le 26 août à 17 h 30 devant Royan et coule à la suite de l’explosion de sa chaudière. Le lendemain, le V404 ex-Baden (321 BRT) et le M4206 ex-Picorre (287 BRT) sont sabordés à Royan. Les équipages rescapés de tous ces bâtiments détruits ou sabordés, notamment ceux des Sperrbrechers, vont former dans la Festung Gironde Nord, sous les ordres du F.Kpt. Fritz Drevin, le Marine-Bataillon Tirpitz qui sera intégré au dispositif défensif de la forteresse (On pourra parler de tout ça Laurent un de ces jours). Désormais, hormis les petits Hafenschutzboote, il ne reste plus un seul navire opérationnel dans l’estuaire, les derniers ayant été sabordés à Bordeaux. La Kriegsmarine anéantie a cessé de régner sur la Gironde.

Le 25 août, immédiatement après le départ des deux derniers U-Boote, le minage du port de Bordeaux est entrepris. Mais la destruction des installations portuaires exigée par l’OKW ne se fera pas. En effet, avec l’approbation du Gen.Lt. Albin Nake, le K.Kpt. Ernst Kûhnemann (Hafenkommandant) fait seulement procéder dans la journée au sabordage de nombreux navires dans la Garonne pour provoquer un embouteillage. Un barrage est ainsi mis en place à hauteur de Lagrange à une dizaine de kilomètres en aval de Bordeaux. En bloquant efficacement le port, il en interdira l’utilisation. Dix-huit navires, dont des anciens briseurs de blocus, y sont sabordés en trois groupes (groupe aval : cinq navires dont Osorno (6951 BRT), Eisa Essberger (6103 BRT), Usaramo (7775 BRT) et Scharlacheberger (2877 BRT); groupe central : six navires dont Himalaya (6240 BRT), Rastenburg (4479 BRT), Tannenfels (7840 BRT) et Stanasfalt (2 468 BRT); groupe amont : sept navires dont Fusijama (6 244 BRT), Nordmeer (5646 BRT) et Schwarzes Meer (3371 BRT)). A Bordeaux même, une vingtaine de navires sont coulés sur les quais ou au milieu de la Garonne, dont le Sperrbrecher 3 Belgrad, les dragueurs lourds M262, M304, M363 et M463 de la 28.M-Flottille, le dragueur auxiliaire M4442 ex-Touquet (251 BRT), le patrouilleur V407 ex-Dorum (470 BRT), le tender Nordsee , le tanker Frisia (953 BRT), les cargos Derindje (3063 BRT), Dresden (5567 BRT) et Merceditta (1162 BRT), et les chalutiers Brook (237 BRT) et Sardella (329 BRT). Vingt-deux autres navires sont sabordés à Bassens, dont dix-huit dragues et le pétrolier Burano (4450 BRT). Aux Forges et Chantiers de la Gironde, le Sperrbrecher 14 Bockenheim et le destroyer Z37 sont mis hors service, le dernier dans la grande forme de radoub. En tout, ce sont près de 200 bateaux représentant 170000 BRT qui sont ainsi coulés intentionnellement. Enfin, les sous-marins U-178, U-188 et UIT-21 sont sabordés dans le U-Bunker (la base sous-marine de Bordeaux) dont toutes les installations intérieures sont dynamitées.

14 août 1944, la fin du Z24 et du T24

La 8.Zerstörerflottille, placée sous le commandement du Kapitan zur See Freiherr Theodor von Mauchenheim Genannt Bechtolsheim, formée des Z24, Z32, ZH1 et du T24, est prise à partie le 9 juin 1944 au large de l’île de Batz, par la 10th Destroyer Flotilla du Captain B. Jones. Suite à cet engagement, le Z32 touché vient s’échouer sur l’île de Batz, le ZH1 sévèrement avarié se saborde et coule, alors que le Z24 et le T24 parviennent à rallier Brest. Le 1er juillet, le Z24 et le T24 quittent Brest pour Bordeaux sous le commandement du nouveau « pacha » de la 8.Zerstörerflottille, le Fregattenkapitan Ritter und Edier Herr George von Berger (ex Kdr du Z32), qui a transféré son état-major et son pavillon de chef de flottille sur le Z24.

Le 14 août au Verdon, le Z24 est attaqué par deux bimoteurs britanniques alors qu’il était en rade. Endommagé légèrement par des roquettes et ne pouvant être réparé sur place, il rejoint Bordeaux en compagnie du T24. Tous les deux sont alors amarrés près du hangar n°13 (Sperrwaffenlager).

Le 22 août, sous la pression des FFI, l’ordre d’évacuation de la base navale de Bordeaux est donné par le Konteradmiral (Ing) Cari Weber commandant la Kriegsmarinewerft. On commence alors à transborder un grand nombre de matériels, d’armes et de vivres sur le Z24 depuis les entrepôts voisins. Durant la manoeuvre quelques marins d’origine alsacienne désertent et rejoignent la résistance. D’ailleurs celle-ci ne reste pas inactive pour entraver le départ des Allemands, car en fin d’après-midi le hangar n°13, bourré d’explosif, saute. La résistance avait creusé un tunnel sous la rue voisine pour le miner. Suite à l’explosion, plusieurs soldats allemands trouvent la mort et de nombreux blessés sont évacués sur le Z24. Après le chargement effectué, le Korvettenkapitàn Birnbacher donne l’ordre d’appareiller et le Z24 se laisse dériver d’une centaine de mètres, sans utilisation des machines, en attendant le retour du Kommando de l’arsenal resté à terre pour saboter les installations restantes. De son côté le T24 du Kapitänleutnant Meentzen, toujours en réparation, n’est pas prêt et reste au port au milieu des épaves de navires que les Allemands viennent de couler pour pratiquer des obstructions.

Dans la matinée du 23 août, le Z24 appuyé en couverture sous-marine par deux U-Boote, le U-219 et le U-437, rejoint Le Verdon. Le U-219, du type XB équipé d’un Schnorchel, est placé sous les ordres du Korvettekapitän Walter Burghagen et appartient à la 12.U-Boot-Flottille de Bordeaux. Il rejoindra Djakarta en août 1945. Le U-437, du type VIIC, est commandé par le Kapitänleutnant Hermann Lamby et appartient à la 6.U-Boot-Flottille de Saint-Nazaire. Ce dernier rejoindra Bergen le 21 septembre 1944.

Le Z24 escorté par les U-Boote atteint enfin la rade du Verdon dans la soirée du 23, mais il ne tient plus sur son ancre et doit laisser tourner ses machines pour compenser le flot, car il ne faut pas se faire surprendre par une éventuelle attaque aérienne. De son côté le T24, qui peut enfin prendre la mer dans l’après-midi du 24 août, le rejoint sur rade et se poste à 400 mètres du Z24, alors que les U-Boote reposent en plongée peu profonde à proximité. Vers 19h, le branle bas de combat est ordonné car des Beaufighter du Wing de Davidstow Moor arrivent par l’Est. Ces chasseurs bombardiers, appartenant au Coastal Command, sont spécialisés dans l’attaque des unités de surface. En fait deux escadrilles conduites par le Squadron Leader E.W Tacon vont engager les deux navires de surface, avec dix appareils du N°236 Squadron et huit appareils du N°404 Squadron. Les Beaufighter plongent alors sur les deux bâtiments. Le T24 est le premier à faire face à l’assaut. Au même moment où la Flak des navires se déchaîne, les assaillants déversent une pluie de roquettes de 25 livres et des obus de 20 mm. En quelques minutes le Z24 et le T24 sont encadrés par une nuée de mitraille venue des airs.

Le T24 est alors sévèrement touché et le Z24, quoique moins atteint, reçoit des coups au but suffisants pour lui porter des dommages mortels.

De son côté la Flak des navires, ayant essayé de s’opposer à l’attaque, n’a pu ajuster son tir sous la pression des dix huit Beaufighter. Peu après, le T24 brûle et commence à couler suite aux brèches pratiquées sous sa ligne de flottaison par les roquettes de 25 livres.

Les bateaux de la Hafenschûtzflottille Gironde, ancrés au port bloc sous la direction du Kapitänleutnant Otto Wild, sont alors rapidement dépêchés sur place et recueillent l’équipage du T24, dont le Kapitänleutnant Wilhelm Meentzen. Le T24 ne déplorera que dix huit morts ou disparus.

De son côté, le Korvettenkapitàn Heinz Birnbacher juge les avaries subies par son bâtiment, qui est lui aussi sévèrement touché. Deux possibilités s’offrent alors à lui, soit le navire s’échoue sur un banc de sable, soit il rejoint le môle d’escale proche. C’est cette dernière solution qui sera adoptée. Le Z24 vient alors s’affaler le long du môle et l’équipage évacue le bord avec ses trente blessés. Les grues, installées le long du quai, se mettent à l’ouvrage, le matériel indispensable et les pièces de Flak de 2 cm et de 3,7 cm sont débarquées dans l’urgence, car le Z24 se couche lentement mais dangereusement sur tribord, étrave vers le large. Vers minuit, une partie de l’équipage étant encore occupé à bord, de nouvelles explosions provenant de la salle des machines retentissent. Le Z24 chavire en rompant ses amarres le reliant au môle. Alors qu’il se redresse lentement, les marins restés sur place grimpent dans les superstructures mais la place se rétrécit. Les hommes sautent alors dans la Gironde. Une nouvelle fois les navires de la Hafenschûtzflottille Gironde sont mis à contribution pour repêcher le personnel. Des ceintures de sauvetage et des bouées sont alors lancées, mais bon nombre de matelots sont emportés par le courant qui est très fort à cet endroit et il est impossible de nager contre lui. Beaucoup de marins sont malheureusement empêtrés dans les filets anti-torpilles avant d’avoir pu être repêchés. A une heure du matin le 25 août, le Z24 est englouti par les flots et deux marins, qui n’ont pu quitter le bord, sombrent avec lui.

Pendant toute la nuit, les deux équipages mis à terre sont regroupés dans le hall de la gare maritime avant d’être hébergés chez l’habitant. Le lendemain, une partie des cadres techniques (officiers et sous-officiers mécaniciens) doit être envoyée à Blaye afin de rejoindre les unités terrestres retraitant vers le Nord depuis la région bordelaise. Mais la liaison s’avérant irréalisable, ils resteront sur place.

Le 27 août, sur ordre du Kapitän zur See Hans Michahelles (Seekommandant Gascogne), est formé au Verdon le See-Bataillon-Narvik avec les membres d’équipage des ex Z24 et T24, ainsi qu’une partie de l’état-major de la 8.Zerstörerflottille, afin d’étoffer les forces allemandes de la pointe de Grave, manquant jusqu’à maintenant cruellement de combattants.

Le Fregattenkapitän Ritter un Edler Herr George von Berger prend le poste de chef d’état-major de la forteresse. De son côté le Korvettekapitän Karl Heinz Birnbacher prend en mains la destinée du Marine-Battaillon-Narvik en compagnie du Kapitänleutnant Wilhelm Meenzen et du Kapitänleutnant Brehnke. Cette unité, forte de deux compagnies d’infanterie, est affectée dans les points d’appuis légers de la ligne des avants postes et se battra avec l’énergie du désespoir contre les forces françaises de la Brigade Médoc.

Pour terminer…

La traduction du récit de l’attaque telle que décrite dans ce livre.

book cover

CHAPITRE NEUF

Tombeau d’un marin
Auf einem Seemannsgrab da bliihen keine Rosen. (Sur la tombe d’un marin, aucune rose ne fleurit.) Partie du refrain d’une chanson chantée par la Kriegsmarine en Allemagne en temps de guerre.

Extrait

Le travail des Strke Wings en France était maintenant presque terminé. Leurs attaques, combinées à celles du Bomber Command et de la Marine, avaient presque anéanti les restes du Marinegruppekommando West. Les U-boot survivants étaient partis pour la Norvège. Dans leur situation désespérée, les Allemands sabordaient plusieurs de leurs navires de surface endommagés, après avoir retiré leurs canons. Seuls deux navires de guerre importants étaient encore à flot. Il s’agit du destroyer Z24 et du torpilleur T24, les deux navires qui avaient survécu lorsque le Kriegsmarine avait tenté si courageusement d’attaquer le flanc ouest des forces d’invasion alliées. Ces deux navires de guerre, toujours bien servis et mortels, étaient censés se trouver dans le port du Verdon, à la pointe sud de l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Un autre escadron naval allié, appelé Force 27 et composé du croiseur Mauritius et de deux destroyers, avait endommagé le T24 le 15 août lors d’un engagement près de La Pallice, mais maintenant les navires de guerre allemands étaient à l’abri des batteries côtières. Les navires de guerre alliés se positionnent à dix milles de l’embouchure de la Gironde et attendent une attaque aérienne.

Il s’agissait du dernier effort majeur requis du Strike Wing de Davidstow Moor. Tacon a été briefé pour diriger dix Beaufighter du 236 et dix du 404. Tous armés de canons et de roquettes de 25 lb. Le décollage a eu lieu tard dans la journée, à 16 h 15. L’escadre devait attaquer près de la limite de son rayon d’action, et peut-être revenir dans l’obscurité. Le navigateur de Tacon, le lieutenant d’aviation W. Brian Wardle, a donné à son pilote un cap pour une position à quelques milles au nord du golfe d’Arachon. En route, deux Beaufighter du 404e Escadron font demi-tour avec des problèmes mécaniques. Les dix-huit avions restants ont touché terre et se sont dirigés vers le nord jusqu’à l’estuaire de la Gironde. Tacon pouvait voir les deux navires de guerre dans le port du Verdon.

« Volez bas tout le monde », a-t-il crié. Nous nous dirigerons d’abord vers l’estuaire et nous l’emprunterons pour notre ascension. Puis, tout de suite après l’attaque, en mer. Tacon espérait prendre l’ennemi par surprise, mais les deux vaisseaux avaient atteint leur vitesse de croisière au moment où les Beaufighter plongeaient. Les tirs d’artillerie ont probablement été les plus intenses que les équipages n’aient jamais connus, en provenance des navires de guerre et des défenses portuaires. Néanmoins, chaque Beaufighter a suivi le leadership de Tacon dans l’une des attaques les plus dangereuses et les plus déterminées d’un Strike Wing. Les traces des résultats de l’attaque provenant de sources allemandes sont, à juste titre, fragmentaires. On sait que plusieurs ogives de 25 lb ont frappé le T24 sous la ligne de flottaison. Ces  coups ont dû provoquer une ruée incontrôlable d’eau de mer dans la coque, car il a coulé presque immédiatement. Il n’y a aucune trace des pertes parmi ses 198 hommes ni du sort de son capitaine, le capitaine Kapitanleutnant Meentzen ; beaucoup ont dû être tués ou blessés.
Le Z24 a duré un peu plus longtemps. Il a reçu de nombreux coups au-dessus et au-dessous de la ligne de flottaison. Son moteur tribord a été mis hors service, mais il est resté à flot. Il a eu le temps de se faire remorquer sur une courte distance jusqu’à un quai du Verdon, où il a été amarré le long de la gare ferroviaire du port. Les efforts frénétiques pour colmater les trous ont été vains, car à 23 h 55, la même nuit, il a chaviré et coulé. Il n’existe aucune trace des victimes ni du sort de son capitaine, Korvettenkapitan Birnbacher, mais il semble probable qu’elles aient été moins graves que le T24. On sait que l’officier supérieur de la 8ème flottille Zerstorer a survécu, mais l’attaque a marqué la fin du commandement de Kapitan zur See von Bechtelsheim qui était maintenant entièrement anéanti. Les survivants des deux navires ont prétendu avoir abattu des Beaufighter, mais, encore une fois, ces affirmations étaient inexactes.
Bien qu’aucun des Beaufighters n’ait été abattu, quinze ont été endommagés. Ils étaient loin de chez eux, l’obscurité les attendait.