Avis de recherche – Louis Jean, pilote de Spitfire

On trouve peu d’information sur Louis Jean que l’on voit ici sur cette photo de la collection de Gordon Hill.

Gordon Hill les a tous identifiés pour Clarence Simonsen.

De gauche à droite : Sharun, Bill Bridgman, Wally Hill, Gordon Hill, Lou Jean, Webb Harten, Jack Leyland, « Tap » Tapley et Dave Harling qui est sur l’aile.

La photo a été prise à Petit Brogel, en Belgique, avant le 1er janvier 1945. Facile à mettre une date, car le capitaine d’aviation Harding a péri lors de l’attaque de la Luftwaffe le 1er janvier 1945.

Voici une page des Operational Record Books de l’escadrille 416.

Une mine précieuse de renseignements.

On y apprend que le Spitfire de Louis Jean a été mitraillé quand il était sur le point de décoller comme celui de Louis Nault et de Ken Williams.

Voici le rapport de l’attaque qui fut dévastatrice.

Une page d’histoire…

Plutôt quatre en fait.

 

 

Le Flight Lieutenant Harling DFC, un petit gars de Westmount, n’a pas eu de chance. Il a réussi à décoller, mais s’est fait abattre par la suite.

Montage réalisé par Clarence Simonsen

 

David Harling
Archives Canada

12 jours plus tard, ce sera le tour de Bridgman de périr, touché par la flak.

William Bridgman
Archives Canada

Clarence rencontre mardi prochain Gordon Hill pour lui remettre son logbook. Clarence l’a numérisé à ma demande. Pour remercier Gordon, je lui ai fait ce petit souvenir de guerre.

Publicités

Crazy Frenchies

C’est Sur la route de Vaudreuil que j’ai finalement croisé Roland Brouillard….

B.78 Eindhoven, en Hollande, entre le  31 mars et le 12 avril 1945

 

Roland, c’est Roland Olivier Brouillard, né le 21 décembre 1918, quarante jours après l’armistice de novembre 1918…

 

Marcel Brouillard a raconté les souvenirs de guerre de son grand frère Roland.

Roland avait donc parlé de ses souvenirs de guerre. Du moins certains de ses  souvenirs que l’on retrouve dans le livre Sur la route de Vaudreuil.

J’en sais maintenant beaucoup plus sur le Flying Officer R.O. Brouillard dont je n’avais que le nom, celui d’un pilote de Spitfire sur une belle photo de la collection de Gordon Hill.

Elle est maintenant encore plus belle.

Collection Gordon Hill

J’ai donc eu une sacré veine de me retrouver Sur la route de Vaudreuil

Je vais pouvoir tout partager avec Clarence Simonsen qui rencontre Gordon Hill mardi prochain. Gord avait une telle admiration pour ces « damn good pilots » canadiens-français.

Collection Clarence Simonsen

Ce que j’ai trouvé sur Roland se trouve ici. Vous pourrez lire la partie consultable du chapitre consacré aux souvenirs de guerre de Roland Brouillard que l’on voit à droite sur cette photo de propagande.

 

Collection Gordon Hill

Un pilote décrit pour la postérité son combat aérien.

Ce pilote, c’est Jacques « Jack » Ménard, de Cartierville.

Il fallait bien que la RCAF montre que les Canadiens français ne se cachaient pas tous dans les bois et qu’elle les acceptait les bras grand ouverts dans l’aviation…

Hum…

Revoici Roland à B.78 Eindhoven, en Hollande.  

Collection Gordon Hill

Roland, on lui avait donné le surnom de Lou, comme Lou Brouillard, un ex-champion du monde poids moyen.

C’est écrit dans le livre de Marcel.

C’est aussi écrit que Jack et Lou étaient aussi surnommés les « Crazy Frenchies ».

On est donc en 1945 en Hollande.

Lou, né le 21 décembre 1918, a donc 26 ans. Je lui en donnerais au moins 40…

 

Damn good pilots!

C’est comme ça que Gordon Hill, 94 ans, appelle encore la French Connection.

Damn good pilots!

Après 72 ans!

Louis Nault est à gauche, puis Henri « Pic » Picard, Jacques Ménard et Roland Brouillard.

Il y avait aussi Louis Jean dans la French Connection.

Louis Jean, c’est le grand à l’extrême gauche dans la première rangée. « Pic » Picard est le 5e à gauche. Gordon Hill est sur l’aile à gauche, au centre.

Il est facile à reconnaître.

Revoici Roland Brouillard…

 

C’est le deuxième à gauche. Haines est à l’extrême gauche. Gordon Hill est au centre, tout sourire. Celui qui est accroupi, c’est « Doug » Douglas qui recevra une décharge de fusil de chasse accidentellement le 14 mai 1945. La guerre était finie une semaine auparavant et il avait toute sa vie devant lui.

Des pilotes de Spitfire canadiens-français ça ne courait pas les rues. On ne pilotait pas un Spitfire comme on pilote un avion avec son simulateur de vol.

Le danger était toujours présent.

Pour Roland Brouillard, j’avais seulement au début ses initiales comme indice… .

Flying Officer R.O. Brouillard.

Pour le Flying Officer J.J.M. Ménard j’ai trouvé ceci en plus de ses initiales :

The Oshawa Squadron lost F/O Jack Menard on the 25th when he crash-landed in Germany but he called up to say that he was uninjured and he returned to England in May.

Les pilotes de Spitfire étaient à l’occasion la cible d’aviateurs américains un peu trop vite sur la gâchette…

The Oshawa Squadron was bounced by a Mustang with American markings and two of its pilots, F/Os V. W. Mullen and S. A. R. Round, were shot down. F/L F. G. Picard damaged the Mustang before it got away in cloud.

« Pic » Picard a servi une leçon au pilote américain.

Gordon Hill, 94 ans, se souvient donc encore de ces « damn good pilots » canadiens-français de son escadrille. C’est grâce à ses souvenirs de guerre que je peux leur rendre hommage ici.

Damn good pilots!

Pour terminer mon hommage, une dernière photo de « Pic » avec un inconnu.

Prologue

Hier soir, avant de terminer ce billet, j’ai eu une sacré veine.

Ste-Justine-de-Newton!

La terre ancestrale de mes ancêtres maternelles!

Père et mère de Léon Sauvé, le père d’Euclide : le grand-père et la grand-mère d’Euclide Sauvé
La prochaine fois, je vous parle de Roland Brouillard.

Témoignage

Mon père Jacques Gervais peut-être nommé comme James Gervais était je crois CPO* lors de l’attaque. Il a dit très peu de choses lorsqu’il vivait au sujet de l’événement. Il doit sûrement sa vie au fait qu’il a été très sérieusement blessé et que, à cause de ses blessures, il a été placé dans un canot de sauvetage. Il paraitrait que plusieurs des marins non blessés ont dû s’accrocher au radeau parce qu’il n’y avait pas de place dans le canot. Certains de ceux-ci auraient été attaqués par des requins, alors que d’autres seraient décédés à cause de l’eau froide. Mon père a été un de ceux qui n’a pas été fait prisonnier, mais secouru par HMCS Haida.

* Chief Petty Officer


L’histoire de l’Athabaskan a commencé à s’écrire sur ce blogue le 17 août 2009…

https://mpierrela.wordpress.com/2009/08/17/hmcs-athabascan-29-avril-1944/

On y parlait des souvenirs de guerre d’un 29 avril 1944.

En mémoire de Gérard Pelletier, disparu depuis le 3 septembre 1942

Disparu sans laisser de traces…

Les souvenirs de guerre de Gérard Pelletier

Disparu, mais jamais oublié…

Cette photo de la collection de Gérard a été colorisée par Harry dont voici la page Fecebook.

https://www.facebook.com/color.praeterita/

À propos de l’artiste

Bonjour, je suis Harry et j’ai créé cette page pour présenter mes efforts afin de coloriser des vieilles photos noir et blanc. Juste pour le plaisir!

Biographie
Depuis longtemps, j’ai un intérêt pour l’histoire, surtout celle de la Deuxième Guerre mondiale. C’est ainsi qu’après avoir trouvé des communautés d’artistes comme Colourising History et une variété d’artistes talentueux, j’ai décidé d’essayer de faire de même.
Je le fais par plaisir et j’en retire de la satisfaction quand j’ai finalement terminé une image. Mais ce que j’aime surtout c’est combien une image colorisée peut rendre l’histoire d’une façon disons plus réelle… ou peut-être plus ‘pertinente’ serait un terme plus juste. Je trouve qu’il est plus facile d’établir ainsi un rapport avec l’histoire. Une photo colorisée peut…

View original post 30 mots de plus

La bataille de Westerplatte : 1 septembre 1939 : 4 h 48

Écrit il y a 7 ans…
Souvenirs de septembre 1939.

Souvenirs de guerre

Source Wikipedia

L’endroit est connu pour être le lieu d’une bataille éponyme (1-7 septembre 1939) opposant les Allemands aux Polonais au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’attaque de Westerplatte est considérée à tort comme le premier lieu d’affrontement de la deuxième guerre, puisqu’en fait depuis quelques minutes, l’attaque allemande avait déjà commencé en Pologne.

L’attaque allemande débuta le 1er Septembre 1939 par un bombardement mené par le cuirassé allemand Schleswig – Holstein, officiellement en visite « de courtoisie » à Gdansk, suivie par l’assaut terrestre. Pendant 7 jours, à peine plus de 200 soldats polonais se défendent avec 3 canons et 4 mortiers contre 3500 Allemands épaulés par l’aviation, l’artillerie lourde et le cuirassé Schleswig-Holstein.

cuirassé Schleswig-Holstein

Pendant les combats, les Allemands subissent des pertes estimées à plusieurs centaines de soldats mis hors de combat, contre à peine 15 Polonais tués, un 16e étant torturé puis assassiné après la reddition après…

View original post 422 mots de plus