Une demande – Le début de l’histoire

Bonjour
Je suis à la recherche d’un Canadien dont le prénom était Anthony. Il a séjourné plusieurs mois ou semaines dans ma famille (Glanard) près de Saint-André-de-l’Eure (Batigny). Il s’est écrasé dans un champ près du village. Il a été blessé à un bras, et a perdu sa montre. Mon oncle l’a retrouvée et la lui a rendue. Il l’avait réparée.
J’ai une photo.

famille Glanard août 1944

Aucune des personnes qui l’avaient aidé n’a oublié cet homme, mais elles sont toutes décédées maintenant.

Si quelqu’un a des renseignements sur le crash, ce serait bien. Je suppose qu’il est rentré en Angleterre en septembre 1944 lorsque Saint-André-de-l’Eure et Evreux ont été libérés à la fin du mois de septembre 44.

Merci d’avance

 

Le début de l’histoire… par Micka Perier

L’été 1944 ne devait pas être un été très tranquille à Saint André de l’Eure. C’est que les Alliés mettent la pression aux Allemands avec l’aérodrome.

 

Alors on se dépêche de faire ce qu’on a à faire à la ferme, histoire de ne pas tenter le diable et rentrer à l’abri.

 

Marcel Glanard, mon arrière grand père se dit bien qu’il préfèrerait aller boire un verre avec ses copains après le boulot mais il y a le foin à rentrer et il faut vite rentrer parce que là….ça pète fort à Saint André.

 

Alors qu’il est en route pour la ferme, un bruit d’avion se rapproche dangereusement et Marcel voit cet avion s’écraser dans le champ d’à côté.

Tant pis, il y va mais il se dit que…..ça va pas être joli…

 

Il en sort un pilote inconscient et blessé au bras. Il est lourd ce grand mec ! Il faut faire vite. En plus les « boches » ne vont pas tarder à arriver.

 

Une fois à la ferme, le Canadien a été soigné et caché dans le bâtiment d’en face, de l’autre côté de la cours. Au dessus des vaches.

 

Quand il est revenu à lui, le Canadien a commencé à parler. Il s’appelle Antony. Alors mon arrière grand-mère Marguerite et ma grand-mère Ginette lui apportent à manger. Bernard et Marie Rose (frère et sœur de ma grand-mère) viennent voir si le Canadien est réveillé.

 

La routine s’installe dans le plus grand secret. Si les Allemands l’apprennent tout le monde va y passer. Attention aux voisins aussi…Y a des collabos dans le coin.

 

Tous les jours, Ginette apporte les repas. On soigne son bras aussi. De toute façon, mieux vaut rester caché parce que les Nazis tournent beaucoup en ce moment et ils sont nerveux….surtout les saloperies de SS ! Ils ont failli fusiller Bernard l’autre jour parce qu’il revenait à vélo et qu’ils le suspectaient d’être un résistant….Quelle drôle d’idée !…Les soldats de la Wehrmacht, ils sont plus normaux. Des pauvres gars fermiers comme ici.

 

Bernard doit retourner sur le site du crash parce qu’Antony a perdu sa montre. Cette montre, c’est son père qui lui a offert avant de partir pour la guerre en Europe. Il y tient mais il ne veut pas abuser. Bernard lui, ça l’amuse ce genre de choses alors il y retourne…et puis, il aime bien provoquer les Allemands aussi…

Et bien il l’a retrouvée ! Incroyable. Antony est tellement heureux et reconnaissant ! Bernard lui a même réparé le bracelet.

 

Les combats font rage et on commence à dire que les Allemands vont partir de Saint André et même d’Evreux. L’automne arrive pour les Nazis.

Antony peut partir rejoindre les siens.

Ginette a le cœur serré. La famille Glanard a rempli sa mission en attendant une autre.

 

Bien des années après, sur le marché de Saint André, dans les années 80, Ginette pense l’avoir revu. Ce vieil homme ressemble à l’aviateur. C’est un étranger parmi d’autres vétérans. Elle n’ose pas aller lui parler. Certains secrets sont tenaces. Certains héros sont discrets.

Une demande

Bonjour
Je suis à la recherche d’un Canadien dont le prénom était Anthony. Il a séjourné plusieurs mois ou semaines dans ma famille (Glanard) près de Saint-André-de-l’Eure (Batigny). Il s’est écrasé dans un champ près du village. Il a été blessé à un bras, et a perdu sa montre. Mon oncle l’a retrouvée et la lui a rendue. Il l’avait réparée.
J’ai une photo.

famille Glanard août 1944

Aucune des personnes qui l’avaient aidé n’a oublié cet homme, mais elles sont toutes décédées maintenant.

Si quelqu’un a des renseignements sur le crash, ce serait bien. Je suppose qu’il est rentré en Angleterre en septembre 1944 lorsque Saint-André-de-l’Eure et Evreux ont été libérés à la fin du mois de septembre 44.

Merci d’avance

Les souvenirs de guerre de Gilles Collaveri

Gilles Collaveri m’a écrit ce matin et a partagé ce qui suit…

En cette période de confinement, conservons le lien grâce à la passion de l’aviation.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un seul avion anglais fut abattu sur Toulouse : Voici en PJ son histoire, mais aussi et surtout celle de son équipage ;Bonne lecture;Gilles Collaveri

Le B-24 de Saint-Donat

J’avais déjà entendu parler du B-24 de Saint-Donat, mais quatre photos ont ravivé mes souvenirs de l’histoire du B-24 de la montagne Noire. Je n’avais pas pris ces photos après avoir gravi la montagne Noire. Elles avaient été plutôt envoyées cette semaine par Julie qui les avait partagées.

Julie avait gravi la montagne Noire. Je me demande bien pourquoi.

À suivre…

Gardiens du Liberator

Mis à jour le 9 avril 2021

Pour en savoir plus…

https://www.ledevoir.com/societe/534044/les-secrets-de-la-montagne-noire

https://www.ledevoir.com/societe/537779/morts-au-retour-du-combat

http://www.societehistoriquesaint-donat.ca/Liberator-Harry

https://liberator-harry.ca/

http://www.guidesaintdonat.ca/histoire.html

Les 24 aviateurs qui périrent ce jour-là en 1943, dans le pire accident de l’aviation militaire canadienne, étaient…

Flight Lieutenant Joseph Alfred Raymond POIRIER,

Flying Officer Stephen Andrew SANDERSON,

Flight Lieutenant Robert Frank FISHER ,

Flying Officer Jay Syver JOHNSTON,

Warrant Officer 2nd Class Joseph Alexander BARABONOFF,

Warrant Officer 1st Class Franklin Elwood JENKINS,

Warrant Officer 1st Class Jacob SILVERSTEIN,

Warrant Officer 1st Class Wilfred I. HOWLETT,

Pilot Officer James LAMONT,

Pilot Officer Robert William MacDONALD,

Sergeant Eric Morgan FINN,

Sergeant William Gordon MacNAUGHTON,

Sergeant Raymond Frank WARE,

Sergeant Franklin Hicks ELLIOTT,

Corporal Harold David BEATTIE

Leading Aircraftman Charles Laurie DYNES,

Corporal Alec Clare JOHNSTON,

Sergeant Stanley Albert WOOD,

Leading Aircraftman Joseph Achille Jean Paul VIELLEUX,

Leading Aircraftman Guy Ridgewood PATTERSON,

Corporal Howard Kenneth HAMBLY,

Corporal Ronald Douglas MARR,

Leading Aircraftman Edwin William READ

Leading Aircraftman Albert James RADCLIFFE.

Je me souviens d’Hector Lucien Lecomte

Je me souviens d’Hector Lucien Lecomte

Hector Lucien Lecomte

J’avais souvent rencontré le nom de Joe Lecomte dans mes recherches sur l’escadrille Alouette depuis 2010, mais je n’avais jamais écrit sur lui.

Mon intérêt a été à nouveau piqué par une anecdote que Lloyd Stanley Lafoy avait racontée à son petit-fils : une partie d’une histoire qu’il n’avait jamais racontée à personne auparavant.

Joe Lecomte aurait été pilote de brousse dans le nord de l’Ontario et du Québec avant la guerre, mais surtout, il avait sauvé son équipage et Lloyd Lafoy lors d’une opération au fin fond de l’Allemagne les 30 et 31 mars 1944.

Cette histoire jamais racontée auparavant est la raison pour laquelle j’ai commencé à faire des recherches sur Joe Lecomte pour en savoir plus sur sa vie et sa carrière, d’abord sur le site airforce.ca où vous pouvez rechercher des informations sur les aviateurs qui furent médaillés.

Je mettrai en évidence mes observations en gras…

Voir l’article original 1 902 mots de plus

Collection Alfred Kühn – 20 septembre 1980

Rencontre du 20 et 21 septembre 1980 où 49 marins du T24 et un marin du Z24 se retrouvent pour se remémorer les événements de la Seconde Guerre mondiale

A sailor's story/Les souvenirs de guerre d'un marin/Eine Seemannsgeschichte

Voici une photo de la collection d’Alfred Kühn. 

Les 20 et 21 septembre 1980, 48 marins se retrouvent à Budingen en Allemagne.


Alfred Kühn a identifié tous les marins.


C’est son fils Manfred qui a partagé cette photo il y a plusieurs mois déjà. Il est grand temps de tenter de rejoindre les membres des familles de ces marins. Reconnaissez-vous un des noms d’anciens marins du torpilleur T24 ?

Voici les quinze premiers avec leurs noms:


Pour nous contacter… To contact us… Um uns zu kontaktieren…

Voir l’article original