En attendant de lire le livre sur Léo Major – partie 2

Autour du poêle à bois

Partie 1

Quelques mois après son exploit de malade, Léo faisait le tour d’un champ de bataille avec le padré de son bataillon dans un Bren Carrier, une espèce de p’tit blindé léger avec le dessus ouvert. C’te combat-là avait été particulièrement épouvantable; mais là, les balles avaient arrêté de siffler, les roquettes avaient fini de péter pis y régnait littéralement un silence de mort.

Ça sentait comme un méchoui dans’cour du yâble. Y’avait des
Allemands carbonisés éparpillés un peu partout: une roquette avait fessé
drette dans leur char d’assaut, pis y’avaient r’volé comme des catins en
guénille. Y’avait aussi quelques soldats canadiens morts, qui s’étaient
retrouvés à la mauvaise place quand c’tait pas le temps.

«Faudrait les ramasser pour les ramener au régiment», dit le padré.

Léo alla tusuite chercher les cadavres pour les mettre dans
le Bren. Quand y’eut fini, le chauffeur pis le padré s’assirent en avant…

Voir l’article original 1 322 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s