Message du Révérend Tom Wilson

Je travaille sur un livre sur les aumôniers alliés tués dans le nord-ouest de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Le révérend Joseph RAR Dalcourt était l’un d’eux. Il est décédé le 28 février 1945. J’ai beaucoup d’information sur son service militaire et sa mort, mais j’en ai très peu sur sa vie avant d’entrer au service des aumôniers canadiens. Je sais qu’il a été ordonné prêtre à Trois-Rivières en juillet 1937 et qu’il a servi dans la paroisse du Saint-Sacrement de cette communauté. Cependant, au-delà des noms de ses parents et de ses frères et sœurs, je n’ai pas été en mesure de trouver quoi que ce soit d’autre. Pouvez-vous me dire quelque chose à propos de sa croissance, de son ascension, des écoles fréquentées, de son ministère lorsqu’il a été ordonné, etc. Merci beaucoup pour votre aide.

Meilleures salutations, Révérend Dr Tom Wilson.

J’ai déjà écrit au sujet de l’aumônier Dalcourt en 2014 suite à un échange de courriels avec Mario Allard. Il avait cette photo.

Dalcourt_1

Collection Mario Allard

Et ceci…

8 mars 1945…

lettre_décès_Dalcourt

Collection Mario Allard

Mario avait d’autres informations, mais il voulait obtenir l’aval de la famille avant que j’en parle. Il ne m’est jamais revenu.

Par contre une lectrice m’avait envoyé ceci.

Aumonier Valcourt

J’avais été curieux et je lui avais demandé la date de son décès.

La bataille de Hollen a eu lieu le 26 février 1945. Il est mort le lendemain le 27 février selon LE GESTE DU REGIMENT DE LA CHAUDIERE ÉCRIT PAR LES MAJORS ARMAND ROSS ET MICHEL GAUVIN et écrit avant le 3 septembre 1945.

Sur le site du Mémorial virtuel de guerre du Canada on retrouve ceci…

À la mémoire du
Major honoraire
Joseph Rémi Archibald Dalcourt
décédé le 28 février 1945

Service militaire :

Force : Armée

Unité : Service d’aumônerie canadien

Renseignements additionnels :

Cimetière :

CIMETIÈRE DE GUERRE CANADIEN DE GROESBEEK, Netherlands

Informations sur la sépulture :

IX. E. 14.

Une lectrice m’a envoyé ce témoignage…

Même si les combats faisaient encore rage, les aumôniers avaient le triste mandat d’inhumer les morts avec tous les honneurs militaires. Même là, l’activité semblait empreinte de confusion, le major honoraire C.W. McCarney de la 3e Division se plaignant que trop d’aumôniers se trouvaient dans les cimetières alors que les blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux. Mais c’était là une simple question d’administration, qui fut promptement réglée. D’autres situations revêtaient un caractère plus personnel, plus délicat.

Le 28 février, «on apprit à 13 h la triste nouvelle de la mort du père Dalcourt. Alors qu’il recueillait les hommes tombés sur le champ d’honneur, le véhicule à bord duquel il se trouvait heurta une mine posée par l’ennemi. L’aumônier et son conducteur périrent instantanément.»

Source (page 21)

D’autres lectures suggérées par ma lectrice,

À la page 20, on parle de Charles Forbes…

http://www.journaladsum.com/ftp/journaux/VOL_35_NO_11_ADSUM_2006_11_08.pdf

Et ceci, quand je ne saurai plus quoi lire…

Chroniques de guerre
1939 – 1945
du Three Rivers Regiment (Tank)
par Charles Prieur

http://www.12rbc.ca/upload/pdf/news/chroniques-de-guerre-28-02-06.pdf

Intermission – Témoignage du fils d’un marin allemand du Z24

Intermission – Témoignage du fils d’un marin allemand du Z24

Avis de recherche

A sailor's story/Les souvenirs de guerre d'un marin/Eine Seemannsgeschichte

Prisonniers de guerre allemands en Médoc

Par Volker Christoffel

20 décembre 2016

De: Volker Christoffel

Sujet: Erbitte Kontaktaufnahme wg. Recherche

Message :

Electrisé par le livre de Madame Scherf au sujet de son père, livre sur lequel je suis tombé il y a trois jours seulement, j’ai trouvé votre nom et celui de Monsieur Büttner, vous qui pouvez peut-être m’aider à avancer dans mes recherches. Mon nom est Volker Christoffel, je suis biochimiste, j’ai 67 ans et j’habite en Bavière entre Regensburg et Nürnberg, je suis natif de la Sarre.

Le destin de mon père a des similitudes avec celui de Wolfram Knöchel, mais aussi des différences évidentes. Avec mon père, je n’ai jamais parlé de son temps militaire. Il n’y a pas de lettres. Trente ans après son décès, je commence, moi un vieil homme, à faire des recherches et à reconstruire la période où il était militaire puis…

Voir l’article original 1 764 mots de plus

Epilogue/Épilogue/Epilog

Epilogue/Épilogue/Epilog

Mise à jour 28 septembre 2020

L’histoire de deux marins allemands du T24 se poursuit sur le blogue crée pour laisser la parole aux enfants de ces marins: Willi Küllertz et Manfred Kühn.

Voici la table des matières.

https://willit24.home.blog/2020/05/31/table-des-matieres/


Épilogue dans les trois langues écrit par Willi Küllertz

 

A sailor's story/Les souvenirs de guerre d'un marin/Eine Seemannsgeschichte

Mensch und Dilemma –
Zum besseren Verständnis möchte ich mich noch in ein paar Sätzen über den Charakter meines Vaters äußern: Wie schon gesagt war er ein sehr genügsamer und bescheidener Mensch.

Zwar hatte er seinen Stolz, der beruhte aber auf menschliche Eigenschaften und auf menschlicher Leistung. Seine Natur war immer friedlich und er war nicht der Typ Mensch, der als kampforientierter Angreifer zu bezeichnen gewesen wäre. Er war immer bei klarem Bewusstsein und kühlem Kopf, diese Eigenschaften führten ihn bei allen seinen Handlungen und Tätigkeiten.

Er hätte nie irgendwelche Drogen konsumiert, ich selbst habe ihn nie alkoholisiert erlebt in den 37 jahren in denen ich ihn kannte. Er war immer bestrebt und auch in der Lage zielorientiert zu handeln, wenn um ihn herum großes Chaos und Panik herrschte.

Er war auch kein Großmaul der besonders laute Töne machte wenn sich etwas besonderes ereignete. Er hätte sicherlich nicht voller Stolz…

Voir l’article original 905 mots de plus

Les souvenirs de guerre d’un marin allemand – Chapitre six

Chapitre 6

A sailor's story/Les souvenirs de guerre d'un marin/Eine Seemannsgeschichte

De retour dans son pays natal, Wilhelm travailla dans diverses entreprises comme serrurier. La guerre a été perdue, tout comme son projet d’obtenir un diplôme technique dans la marine. Il n’avait pas d’Abitur*, et les temps n’étaient pas si favorables lors des premières années de son retour pour reprendre ce plan.

Note
Abitur signifie niveau secondaire pour continuer et étudier dans une université en Allemagne. L’Abitur est la remise des diplômes d’un lycée, un lycée allemand.

Après son travail quotidien, il alla à l’école du soir et le 13 Décembre 1957, il reçut son examen de maîtrise en génie mécanique. Il disait souvent : « Si nous n’avions pas perdu la guerre, aujourd’hui j’aurais pu ou mieux réussi à étudier et à terminer l’université avec un diplôme académique d’ingénieur technique qui m’aurait été pleinement reconnu.

Chapter 6.1

Certificat de maître-artisan de Wilhelm Küllertz
(collection personnelle de Wilhelm Küllertz)

En 1955 et 1956, ses…

Voir l’article original 334 mots de plus

Les souvenirs de guerre d’un marin allemand – Chapitre cinq

Chapitre 5

A sailor's story/Les souvenirs de guerre d'un marin/Eine Seemannsgeschichte

A partir des équipages restants des deux navires coulés, le bataillon naval « Narvik » a été formé peu de temps après et il était cantonné dans la forteresse Gironde-Sud. C’était un soutien bienvenu pour les unités qui étaient là. Le quartier général du bataillon était situé à Saint-Vivien et la tâche de l’unité était de surveiller le périmètre de la forteresse par plusieurs points de blocage. C’est ainsi que Wilhelm Küllertz devint malgré lui, comme ses camarades, un fantassin à partir de ce moment-là, ce qui était très dangereux.

Pour la plupart, la forteresse a été épargnée par les combats. Cependant, les attaques ciblées de FFI posaient un problème majeur. Les combattants du FFI n’étaient pas reconnaissables comme tels, puisqu’ils ne portaient pas d’uniforme. N’importe quel civil aurait pu être un combattant du FFI et représenter un danger potentiel. Les attaques des FFI étaient extrêmement redoutées.

Le deuxième problème majeur dans…

Voir l’article original 1 306 mots de plus