Mon ami Willi

Mise à jour 28 septembre 2020

L’histoire de deux marins allemands du T24 se poursuit sur le blogue crée pour laisser la parole aux enfants de ces marins: Willi Küllertz et Manfred Kühn.

Voici la table des matières.

Table des matières/Table of Contents/Inhaltsverzeichnis


Je ne connaissais pas Willi Küllertz quand il a écrit ceci le 31 août 2018…

La source est ici…

http://pga-medoc.fr/willi-kullertz/

Willi Küllertz

31.8.2018

Sujet: 24.08.1944
Nom: Willi Küllertz

Message :

Pourquoi le Médoc ? – à cause du 24 août 1944 !
Je reviens un peu en arrière : il y a environ 2 ans, ma mère m’a remis une caisse avec des vieux documents de mon père. En fait, j’étais déjà très bien informé sur la période où il avait été soldat puis prisonnier, parce qu’il répondait toujours volontiers quand j’avais des questions sur ce sujet. Et donc j’avais pu me faire, en gros, une idée sur cette partie de sa vie. Et puis j’ai regardé dans la caisse et de nombreuses nouvelles questions se sont posées. Depuis, je me suis attelé infatigablement – comme pour une mosaïque- à organiser tous les petits détails pour former un tableau complet.
Mon père (1925-2000) était dans la Kriegsmarine brigadier-chef mécanicien sur le torpilleur T24. Leur zone d’engagement était à l’époque le golfe de Gascogne, avec Bordeaux comme port-arsenal. Comme souvent déjà, le T24 se trouvait avec le destroyer Z24 en rade dans l’estuaire de la Gironde entre Royan et Le Verdon, en tant que position de DCA flottante. La raison pour laquelle ils ne « sortaient plus » était le manque de carburant et des dégâts non réparés sur les bateaux.
A ce moment là, ces 2 bateaux étaient les deux derniers bâtiments d’une certaine taille que la Kriegsmarine possédait encore en zone Ouest, tous les autres avaient déjà été détruits.
Au matin du 24 août 1944, ces deux bateaux ont été attaqués par un groupe formé de bombardiers Mosquito britanniques et canadiens. C’était du reste l’une des toute premières attaques de missiles air-mer. Le T24 fut gravement touché et coula tout de suite. Le Z24 parvint, bien qu’il donne fortement de la bande, à se réfugier au Verdon où il coula la nuit-même dans le port. Il y eut de nombreux morts et blessés. Ils furent repêchés par la capitainerie du port du Verdon. Mon père a survécu à tout cela et resta dans la forteresse Gironde-Sud en tant que fantassin dans le « bataillon de marine Narvik » formé avec les survivants.
D’après les documents officiels de la WASt à Berlin, il a été fait prisonnier le 20.04.1945. Il a donc survécu à la guerre. Au dépôt de PG 184 à Soulac, il a cherché et désamorcé des mines les premiers temps. Il a aussi survécu à cela. Il y avait des morts tous les jours. Celui qui survivait au déminage pouvait aussi mourir dans la nuit ; au matin, on sortait les dépouilles. La raison ? le manque de nourriture, il n’y avait rien à manger. Par chance, il a aussi survécu à ça. Après quelques mois, il fut envoyé comme travailleur chez un viticulteur. Là, les choses allèrent mieux pour lui. Au bout de peu de temps le « méchant allemand » faisait quasiment partie de la famille. Il rentra chez lui en décembre 1948. Au cours de ses dernières années, il m’a souvent demandé si je n’aurais pas envie de retourner là-bas avec lui. « Bien sûr !» lui ai-je toujours répondu. Mais qui aurait imaginé qu’il nous quitterait si tôt ? Et la promesse que je lui avais faite n’a pas été tenue. Mais je ne voulais pas renoncer à ce qui restait moralement de ma promesse. Après tout, mon père me regarde encore de tout là-haut…
Entre temps, j’ai lu le livre « Spurensuche am Atlantik » de Karin Scherf. Après une conversation téléphonique avec elle, les choses étaient claires pour moi : il fallait que j’y aille ! Après des recherches intensives, j’ai pu retrouver la famille des descendants du viticulteur. Il y a eu de l’intérêt des 2 côtés et, en août 2018, j’ai passé avec ma femme 2 semaines de vacances chez la belle-fille du patron à St Gaux (qui fait partie de St Germain d’Esteuil). Nous avons fait la connaissance de toute la famille. Des gens adorables et très respectueux. Ça c’est l’Europe vivante! Un séjour formidable ! Un mélange d’une région + ses habitants, de détente + plaisirs et de cours d’histoire en direct. J’ai pu combler nombre des lacunes qui demeuraient dans mes documents. Mes attentes, pourtant très hautes, ont été incroyablement surpassées. Et je le referais sans hésiter ! Ce sont les vacances les plus extraordinaires de ma vie jusqu’à présent !
Le seul « trou » dans mes recherches reste toutefois l’attaque du 24 août 1944. L’unité aérienne britannique est dissoute depuis longtemps et, aux Archives Militaires de Londres, on montre peu d’intérêt. L’unité canadienne, après contact avec l’officier de presse, m’a envoyé quelques photos. Mais rien d’autre. Mes résultats sont donc bien maigres.
Je suis extrêmement intéressé par des informations supplémentaires sur la forteresse Gironde-Sud, le bataillon de marine Narvik et le dépôt de PG 184.
Pensez-vous qu’il y ait une possibilité d’obtenir d’autres informations, éventuellement par des Archives, des témoins ou des récits de l’époque ?
Je serai reconnaissant pour le moindre détail. Auriez-vous envie de « monter dans ce train » ? Si oui, je vous en remercie d’avance. Je serai content d’avoir une réponse de votre part. J’insiste là-dessus car je n’ai pas l’intention de faire une quelconque pression sur qui que ce soit. Seule la patience est récompensée.

Willi Küllertz

Willi m’a trouvé sur Souvenirs de guerre en janvier dernier.

Son père était chef-mécanicien à bord du torpilleur T24 qui coula l’Athabaskan le 29 avril 1944. Il était dans la salle des machines. L’oncle de ma femme, lui, était dans la salle des machines de l’Athabaskan… Wilhelm Küllertz a peu parlé de son service militaire à ses fils. Il a parlé par contre de ses trois ans en captivité en France. Willi avait écrit les mémoires de guerre de son père en allemand. Je les ai traduites en français et en anglais sur le blogue que j’ai crée pour son père et lui.

75 ans plus tard l’histoire du torpillage de l’Athabaskan s’écrit de nouveau.

Une réflexion sur “Mon ami Willi

  1. Commentaire de mon ami Willi…

    Hello Pierre,

    Your activities flatter me. I think it is a good idea to preserve the atmosphere of our ancestors from that time for posterity. Not just for personal or personal reasons, but rather as a reminder and to commemorate succeeding generations. If such information was withheld from the future world, that information would be gone forever. Avoidable deficits require documentation and interpretation with the aim of making an important contribution to world peace. From this point of view, it is more important today than ever to fight against forgetting. April 29th 2019

    If you want, you can add this to your nice lines about your friend.

    And here for you in German:

    Deine Aktivitäten schmeicheln mir. Ich finde es ist eine gute Idee die Stimmung unserer Vorfahren von damals für die Nachwelt zu bewahren.

    Nicht nur aus privaten oder persönlichen Gründen, sondern vielmehr als Mahnung und zum Gedenken nachfolgender Generationen. Würden der zukünftigen Welt solche Informationen vorenthalten werden, wären diese Informationen für immer und ewig weg. Vermeidbare Defizite verlangen Dokumentation und Deutung mit dem Ziel einen wichtigen Beitrag zum Weltfrieden geleistet zu haben. Unter diesem Aspekt ist es heute wichtiger denn je gegen das Vergessen zu kämpfen. 29.04.2019

    L’ami Willi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s