Du site Centre Juno Beach

http://www.junobeach.org/fr/souvenons-nous-dernest-cote/

DÉPÊCHES DE JUNO

Souvenons-nous d’Ernest Côté

FÉVRIER 26, 2015 1:14Ernest-COTE-320x4132

Ernest Côté était en charge de la logistique de la 3è Division d’infanterie canadienne le 6 juin 1944. En 2014, année du 70è anniversaire de la Bataille de Normandie, Ernest Côté traversait l’Atlantique à trois reprises pour participer aux cérémonies du Centre Juno Beach. La cérémonie du 11 novembre, notamment, était empreinte d’une très vive émotion et d’une très grande admiration du public venu nombreux pour rendre hommage au dernier des colonels canadiens ayant contribué à la planification du Jour J. Ernest Côté vient de nous quitter le 25 février 2015, à Ottawa, à l’âge de 101 ans. Souvenons-nous.

Ernest Adolphe COTE, MBE, Ld’H, BSc, LLB

Troisième fils du Sénateur Jean Léon Côté et de Cécile (Gagnon) Côté, il est né à Edmonton, Alberta, le 12 juin 1913. Il fait ses études au Collège des Jésuites d’Edmonton et en 1931 obtient le BSc de l’Université Laval. Commis auprès du bureau du Vérificateur provincial de l’Alberta (1931-1935), en 1935, il s’inscrit à la Faculté de Droit de l’Université de l’Alberta et en 1938 obtient le degré de LLB. Il passe avec succès les examens du corps d’entraînement des Officiers canadiens. Il est admis au Barreau de l’Alberta en octobre 1939.

Il quitte Edmonton le 29 novembre 1939 pour se joindre au Royal 22è Régiment en qualité de lieutenant. Le 8 décembre 1939, le Régiment quitte Québec pour l’Angleterre. En février 1940, il devient Adjudant du Régiment. Durant l’été 1940, il est muté comme officier d’état-major au Q.G. du 7è Corps d’Armée sous le général McNaughton. Fin 1940, début 1941, il suit le cours d’état-major à Minley Manor en Angleterre. Successivement, il devient Assistant adjudant général adjoint (DAAG) de la 1re Division canadienne, Major de brigade de la 8è Brigade d’infanterie, DAAG au QG du 1er Corps canadien. Fin 1942-début 1943, il est nommé Assistant Adjudant et Quartier-maître général (AA&QMG) de la 3è Division d’infanterie canadienne avec le rang de lieutenant-colonel. Il est responsable de la logistique de la Division pour l’invasion de Normande où il débarque le 6 juin 1944.

Durant la campagne de la 3è division en Europe occidentale de juin à décembre 1944, l/col Côté demeure le responsable de la logistique. C’est en décembre 1944 qu’il quitte la Division à Nimègue (Hollande) après avoir servi outremer durant 5 ans. Au début de 1945, il est promu au rang de colonel et est nommé Assistant vice-adjudant général adjoint au Quartier-général de la Défense à Ottawa. Il a été cité à l’ordre du jour et décoré MBE. Il quitte les Forces Armées en juillet 1945 pour devenir un deuxième secrétaire au Ministère des Affaires extérieures.

C’est en juin 1945 qu’il épouse Madeleine Frémont de Québec, maintenant décédée. Ils ont quatre enfants : Michel Frémont Côté, Benoît, Denyse et Lucie.

À titre de conseiller de la délégation canadienne, M. Côté participe aux premières réunions de l’Assemblée Générale des Nations-Unies à Londres, New York et Paris. Il participe aussi à l’élaboration de la Charte de l’Organisation mondiale de la santé. En 1948-49, il est affecté au Collège Impérial de la Défense à Londres. À la suite, il devient conseiller juridique auprès du Haut-commissariat canadien à Londres.

Vers 1952, il est chef de la Direction des Amériques au Ministère à Ottawa, et devient avocat-conseil auprès de la section canadienne de la Commission des Eaux Limitrophes. En 1955, il est muté comme sous-ministre adjoint au Ministère du Nord canadien et des Ressources nationales. En 1963, il en est nommé sous-ministre. Sous-ministre des Anciens combattants en 1968, il devient Solliciteur-général adjoint du Canada de 1968 à 1972, il est nommé Ambassadeur du Canada en Finlande (1972-1975). Il est un des gouverneurs de l’Université d’Ottawa de 1968 à 1972, ainsi qu’un des Régents de l’Université de Sudbury. Fin 1975, il prend sa retraite de la fonction publique.

De 1964 à 1973 et de 1977 à 1988 il est un des directeurs de la Société de géographie royale du Canada. Il en devient un des gouverneurs, un de ses vice-présidents et son secrétaire durant différentes périodes entre 1988 et juin 2000. Il est aussi membre et président du Conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa pendant plusieurs années.

Le 6 juin 2004, l’Ambassadeur de France au Canada lui remet les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en reconnaissance de ses services militaires près de 60 ans plus tôt lors du débarquement et de la 3è Division canadienne en Normandie pour la libération de la France du joug nazi.

En 2014, année du 70è anniversaire de la Bataille de Normandie, Ernest Côté traverse l’Atlantique à 3 reprises pour participer aux cérémonies du Centre Juno Beach où il est mis à l’honneur.

Le 25 février 2015, Ernest Côté décède à Ottawa, à l’âge de 101 ans.

POSTED IN: 

Laisser un commentaire

Name

Saisissez un commentaire 

 Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

 Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par email.


2 COMMENTAIRES

  • caulet

    J’ai eu le bonheur de rencontrer Mr COTE surtout le 11 novembre dernier. C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès de cet homme si courageux. Reposez en paix ,nous ne vous oublierons jamais

  • Pierre-Yves Mocquais, Doyen du Campus Saint-Jean, Université de l’Alberta

    J’ai eu l’insigne honneur et le grand plaisir d’inviter M. Côté à déjeuner au Château Laurier à Ottawa le 29 janvier dernier en compagnie de sa fille Lucie et de la Sénatrice de l’Alberta, Claudette Tardif. Ce fut sans nul doute l’une des plus remarquables expériences de ma vie. M. Côté était d’excellente humeur, l’esprit vif et l’humour décapant. Je lui ai envié alors son sens de la répartie. Son décès m’attriste profondément. Que ce soit par sa contribution lors du débarquement de Normandie ou en tant que serviteur de l’état canadien, le Canada a perdu l’un de ses fils les plus distingués. Je transmets à ses enfants les condoléances attristées de tout le personnel du Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta dont il était l’un des supporters les plus fidèles. Pierre-Yves Mocquais, Doyen du Campus Saint-Jean, Université de l’Alberta.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s