Il se souvient…

Mario Hains avait déjà collaboré à mon blogue Souvenirs de guerre. Il m’avait parlé de son oncle Fernand Hains mort au champ d’honneur.

Mario vient de m’écrire ce texte sur la vie militaire de son père Roland Hains.

 

Roland est né le 19 mai 1924 à Sherbrooke. Il a résidé sur la rue Mont Plaisant jusqu’en 1930. Il a étudié au collège du Sacré Cœur de 1935 à 1941.

Il s’est enrôlé volontairement à Québec en 1943. Il fut transféré au camp militaire de Borden en Ontario pour l’entraînement de conducteur et policier militaire. Départ pour Halifax à bord des trains tirés par les locomotives du type 6000 du Canadien National pour traverser vers l’Europe à bord du paquebot Empress of Scotland en mars 1944. Il m’a conté que les convois des navires faisaient des zig-zags pour dérouter les sous-marins allemands. Rendu aux îles d’Angleterre,  les navires ont passé par le détroit de Saint-Georges pour arriver au port de Liverpool. À ce moment, il n’a pas eu le temps de visiter l’Angleterre, mais il a eu le temps après la guerre en 1946.

Il est ensuite parti pour le camp d’Aldershot près de Southampton pour le service de surveillance lors du débarquement jusqu’au 11 Juin 1944. Ensuite c’est le départ pour (Gold) Arromanches en Normandie.

« Nous étions tous anxieux et encouragés de connaître ce que l’avenir nous revervait rendu au front. » C’est alors que 19 jours plus tard qu’il apprit le décès de son frère Fernand à la Mare d’Anguerny avec ses collègues de combat du régiment de la Chaudière.

Il m’a dit qu’il fut comme un orphelin en Europe en sachant que son frère était mort au champ d’honneur. Il faut dire que les troupes canadiennes furent les premières à débarquée et se lancer à l’assaut. Roland fut impressionné par les tirs des V1 et des V2 que les Allemands lançaient vers l`Angleterre, leurs sons étaient assourdissants et semaient la terreur parmi la population.

Mon Père se souvient de plusieurs anecdotes tristes et même farfelues lors d’avance des troupes vers la Belgique et la Hollande. Comme un major qui avait mis les pieds dans une bouse de vache en Hollande ainsi qu’un drapeau de l’union des forces alliées qu’il avait fait lui-même et qu’il avait mis derrière le Meneken Piss.

collection Mario Hains

Quelquefois les troupes avançaient avec ardeur. De ville en ville que nous libérions, les gens nous saluaient avec des larmes de joie.

collection Mario Hains

Ce n’était pas évident de comprendre les langues du Nord de l’Europe. En arrivant en Allemagne ce fut un tout autre spectacle. Il a traversé la vallée de la Rhur à bord d’un bombardier Avro Lancaster. Il fut blessé à Varel quand il a transporté un baril de bière qui lui coupa le majeur.

Étant policier militaire, il a vu certaines horreurs que les autres n’ont pas vus et les droits de passage vers les lignes interdites.

collection Mario Hains

Il a dû témoigner souvent en faveur des Alliés. Après la guerre, il a conduit des locomotives et a aidé à certaines reconstructions. Il a bien aimé visiter Paris et il se rappelait toujours de son frère aîné enterré au cimetière de Beny Reviers. Il a visité la Grande-Bretagne jusqu’à la frontière de l`Écosse.

Il est revenu en mars 1946 à bord du paquebot RMS Aquitania avec Raoul (Ti-Bull) St-Cyr qui fut infirmier militaire. Au moulin et ailleurs, des années après, quand mon Père rencontrait Raoul, il lui lançait un bon salut en disant (L’Aquitania, ce fut le bon temps, Yeah!)

Je suis bien fier d’être son fils grâce au courage qu’il a eu, d’avoir contribué à donner la liberté à ceux qui étaient prisonniers tout en défendant son pays.

Il m’a dit un jour : « J’ai fait mon devoir, mais le véritable héros, c’est ton oncle. »

Nous pouvons vivre en paix aujourd`hui grâce à ceux qui ont laissé leur vie. Notre patrie se souvient des héros qui nous ont protégé et défendu. Ce qui fait du Canada un des pays les plus libres et démocratiques au monde.

collection Mario Hains

Il se souvient…

Publicités

6 réflexions sur “Il se souvient…

  1. Mon grand-père a combattu 5 ans pendant cette guerre atroce. Il est revenu et est mort il y a 22 ans de ça. Il était du 22ieme régiment. Je suis fier de lui à un tel point que j’ai moi-même été militaire de 1986 à 1989 dans l’airforce. Merci à tout ceux qui ont donné leur vie pour que nous puissions être qui nous sommes.

    1. Vous pouvez partager sur mon blogue l’histoire de votre grand-père. J’écris, mais d’autres peuvent écrire afin d’honorer la mémoire des autres.
      Je sais que monsieur Corbeil, le vétéran que je rencontre, avait une telle admiration pour les soldats du 22e.

  2. Bravo Mario pour ce texte. Mon père a parcouru un chemin tout à fait similaire. Il a rencontré sa belle hollandaise (ma mère) à Arnhem en Hollande. Ils s’y sont mariés en février 1946. Maman est arrivée au Québec en septembre 1946 et je suis né en décembre 1946.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s