RAF 91 Squadron

Une photo trouvée sur ce site…

On y retrouve l’histoire d’un pilote des Forces Françaises Libres, Jean Demozay.

Né à Nantes le 21 mars 1915. En 1927, il fréquente l’école Saint Joseph du Loquidy avant d’être envoyé au collège St John de Southesea en Angleterre. Quand éclate la guerre en 1939, Demozay s’engage et est affecté comme interprète auprès de la Royal Air Force (Squadron 1). Il y gagne le surnom de « Moses ».

En 1940, la débacle le conduit à Nantes d’ou il rejoint l’Angleterre avec 16 mécaniciens sur un vieux bombardier bimoteur Bristol « Bombay » qu’il ont réparé. Il avait son brevet de pilote, obtenu à Rabat, et il a complété son expérience du vol avec des pilotes anglais sur un Miles Magister mais le bombardier multimoteur était une nouveauté pour lui. Après seulement trois mois à l’Operational Training Unit n°5, il est affecté comme pilote de chasse… au Squadron 1 sur Hawker « Hurricane » Mk IIa.

Il fait partie des 13 pilotes français qui participent à la Bataille d’Angleterre. Le 8 novembre 1940, il revendique un Ju 88 et un Me 109 endommagés. En mars 1941, il est nommé flight commander et obtient sa première victoire sur Messerschmitt Me 109 et la DFC (Distinguished Flying Cross). En juin 1941, il est transféré au Squadron 242 ou il obtient 2 victoires sur Me 109.

Le 5 juillet 1941, il est affecté au Squadron 91 équipé de Spitfire Vb. Le 17 juillet, il mitraille et coule un mouilleur de mines. Après un passage au quartier général du 11° Groupe, il revient au Squadron 91 dont il prend le commandement.

Le 31 octobre 1942, il signe sa 21° et dernière victoire sur Focke-Wulf Fw190.
Fin 1942, il est rappelé au Q.G. du 11° Groupe à la demande du Maréchal de l’Air Leigh-Mallory. Il est décoré de la D.S.O. (Distinguished Service Order). En 1943, il prend le commandement de Forces Aériennes Françaises du Moyen Orient où doivent être formés les pilotes français. Faute d’avion d’entrainement, il fait construire un petit biplace le « Rayack 43 » dont il fait lui même l’essai du prototype.

En 1944 il constitue le Groupement Patrie qui harcèle les troupes allemandes dans le Sud Ouest. Il trouvera la mort dans un accident d’avion le 19 décembre 1945.

Mon pilote de Spitfire que j’ai rencontré samedi dernier est sur la photo…

On le voit avec d’autres pilotes de l’escadrille 91 de la RAF avec leur commandant Jean Demozay.

Cette escadrille s’est couverte de gloire…

From its humble beginnings as a reconnaissance flight, using second-hand aircraft at the very end of the Battle of Britain, No 91 ‘Nigeria’ Squadron went on to become one of the most famous units in RAF Fighter Command.

It achieved outstanding results using new low-level interception tactics along the south coast of England, employing the very latest marks of Spitfire. Indeed, it was one of the few fighter units to be Spitfire-equipped throughout World War 2. Manned by a multifarious band of pilots from across the globe, No 91 ‘Nigeria’ Sqn also produced its fair share of aces. (source: Amazon)

Pour en connaître encore plus, visitez le site de Jean-Claude Augst.

5 réflexions sur “RAF 91 Squadron

  1. Sur le site de Jean-Claude Augst

    Le No 91 « Nigeria » Squadron est une unité d’élite. D’origines diverses, très expérimentés, individualistes pour certains, ses pilotes sont caractérisés par une forte agressivité face à l’ennemi (Pierre Clostermann parlera des « dangereux maniaques du 91 Sqn »). Le 91 Sqn développera ainsi des compétences particulières dans le domaine de la reconnaissance armée, en particulier maritime, et des opérations avec un nombre restreint d’appareils. Il se distinguera également par ses commandants emblématiques, comme Jean DEMOZAY, menant eux-mêmes le squadron au combat autant que possible. Pour ces raisons, le 91 Sqn a une place à part dans l’histoire de la RAF.

  2. Mon pilote de Spitfire que j’ai rencontré samedi dernier est sur la photo…
    Les autres pilotes de G à D sont: Le Flying Officer BARTHROPP, le Pilot Officer Warden, les sergents Down,
    Perkin, Gavan, Connolly, le Flight Lieutenant Abrahams et Jean Demozay.
    Il pose ici avec ses pilotes devant un Spitfire MK V codé DL-X (du B Flight)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s