Les frères Rousseau

Mise à jour le 4 mars 2021 avec ces deux photos tirées de ce site internet.

http://silverhawkauthor.com/1st-canadian-parachute-battalion-1st-special-service-force-and-canadian-airborne-units-before-1968_394.html


Les frères Rousseau avaient été au Collège militaire de Kingston.

Voici l’article que le Centre Juno Beach m’a envoyé cette semaine. Il a été écrit en décembre 1945. Il est de la plume de G.-H. Dagneau.

Claude Rousseau, le frère de Philippe et Maurice, s’est rendu en France le 11 septembre 1945. Il a visité en premier la Lorraine et ensuite le Calvados. Il a su ce qui était arrivé à ses frères.

Philippe est mort en héros le 6 juin 1944, deux heures seulement après avoir sauté en parachute. Maurice est mort le 17 septembre, trois mois plus tard aussi comme un héros en Lorraine.

Vous pouvez lire en cliquant sur les images et zoomer ensuite sur votre explorateur pour lire le texte.


 

Au cours de son voyage, M. Claude Rousseau apprit que son frère avait aussi pour mission de rencontrer à Banville, le maire de la place qui, par pure coïncidence, s’appelait également Rousseau.

À Banville aussi, M. Claude Rousseau obtint de M. Dupont. directeur de la Tuilerie de l’endroit, le récit de la résistance des deux ou trois cents parachutistes canadiens qui, pendant environ douze jours, continrent les assauts en se retranchant dans la manufacture.

Les pertes y furent naturellement très élevées.

Porté disparu le lendemain, 7 juin — c’est la date inscrite sur la modeste croix de bois de sa tombe — le lieutenant Philippe Rousseau mourut, en fait, le 6 juin. Il fut identifié par des gens de Gonneville, que M. Claude Rousseau a visités. Plusieurs mois après le lieutenant Philippe Rousseau fut porté mort pour fins officielles. Gonneville-sur Mer ne fut libéré que le 22 août 1944.

… deux ou trois cents parachutistes canadiens qui, pendant environ douze jours, continrent les assauts en se retranchant dans la manufacture…

J’ai écrit à Gonneville-sur-Mer…

Publicité