Luc Courcy, soldat du régiment de Hull

Écrit en 2009

J’ai trouvé cette photo.

J’ai trouvé cette page sur ce site

Si je suis arrivé là par hasard, c’est que je cherchais la personne qui avait construit une maquette de l’Athabaskan que l’on voit sur ce vidéo

Le site est celui de Donald Courcy un marin à la retraite... un peu passionné…

Il parle de l’Onondaga, le sous-marin que j’ai visité cet été à Rimouski.

Donald a servi sur ce navire.

Il parle aussi de son père… Il a fait une page en hommage.

Je pense que le message est clair.

La première mission de son régiment fut de reprendre l’Ile Kiska des Japonais en août 1943. Il faisait partie d’une expédition conjointe américaine/canadienne. Suite à un bombardement intense des airs et de la mer, une force amphibienne comprenant plus de 100 navires s’approcha de Kiska et y arriva le 15 août 1943. Plus de 6,500 soldats débarquèrent sur le côté ouest de l’ile. La température était belle et il n’y avait pas d’opposition des Japonais. La journée suivante, les Canadiens débarquaient sur le côté nord de l’ile. Les troupes avancèrent vers le centre de l’ile et firent face à de la brume intense, des grands vents et du verglas, s’attendant à faire face aux Japonais vers le haut des collines. Mais les troupes japonaises, fortes de 5,183 soldats, avaient évacué l’ile le 28 juillet, presque 3 semaines avant le débarquement des Alliés. l »Ile de Kiska fut déclarée libre le 24 août 1943, marquant ainsi la fin de la campagne pour la libération des iles aléoutiennes.  Mon père continua de servir dans le Pacifique jusqu’à l’été 1944.

Après s’être marié à Montréal le 28 septembre 1944, la mission de mon père fut de se joindre aux efforts des Forces Alliées en Europe. Suite au débarquement sur les plages de la Normandie, l’Armée canadienne faisait partie de l’avance des Forces Alliées vers l’Allemagne. Mon père entra en Allemagne et se battit dans la Forêt Noire pour ensuite se diriger vers l’estuaire fortifié de Scheldt ou l’Armée canadienne réussit à vaincre les troupes allemandes. Le régiment de mon père se tourna ensuite vers l’est et joua un rôle central dans la libération de la Hollande et des Pays Bas.

Mon père était en Hollande à la fin de la guerre et retourna au Canada en décembre 1945.

Mon père débuta et termina sa carrière dans l’armée au grade de fusillier. Il reçut et refusa plusieurs offres de promotion durant la guerre car il n’aimait pas donner des ordres. Il préférait se battre et laisser aux autres la tâche de donner des ordres.

Mon père est maintenant âgé de 89 ans, et il est mon héros !

Donald Courcy


 

6 réflexions sur “Luc Courcy, soldat du régiment de Hull

  1. Bonjour:

    Je me souviens de l’histoire de Kiska et des Aléoutiennes!
    Ces hommes sont des héros de la 2e guerre mondiale.

    Quant à la Hollande, J’avais un ami qui conduisait un char d’assaut pour le régiment canadien du nom de: « 48TH Highlanders Canadian Regiment. » Un régiment d’infanterie.

    Par chance ils sont revenus!

  2. It is very interesting to hear of Canadian participation in the Aleutian campaign. Too many people have forgotten that our countries worked together to protect each other.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s