La controverse autour du Avro Arrow

Le lieutenant Grenier et moi avons l’Avro Arrow en commun.

Voici un texte trouvé sur Internet.

Il est de la plume du lieutenant Grenier.

J’ai vérifié, car je lui ai écrit un courriel.

Son texte traduit parfaitement ma pensée…

Je vous mets des ‘tites photos… ça fait full concept!

L’HISTOIRE DE L’AVION CANADIEN « ARROW ».

Il y a plus de quarante ans, nous assistions à la destruction soudaine de l’avion supersonique de conception totalement Canadienne, Avro Arrow ! Depuis la mini-série présentée par CBC à la télévision, ce chasseur fend l’espace plus que jamais.

La légende de ce redoutable avion de forme delta, malgré que ses puissants moteurs Iroquois non encore tout à fait éprouvés, était des décennies en avant de son temps, dans la course à la compétition mondiale et le domaine aéronautique, fut le « joyau de la couronne » de la technologie canadienne d’après guerre.

jet-CF-105AvroArrow

CF-105

Ce projet ambitieux fut soudainement abattu du revers de la main par le premier ministre d’alors, John Diefenbaker, un « petit » conservateur. On rapporte que le Premier n’avait aucun intérêt dans l’industrie et la technologie de base du Canada, qu’il n’avait pas non plus le courage de résister aux industries militaires américaines, qui désiraient vendre au Canada leurs produits militaires usagés, et qu’il n’avait pas de vision pour une économie indépendante future pour notre pays!

diefenbaker_cp_4738336

premier ministre Diefenbaker

Les Etats-Unis « ordonnèrent » la destruction de l’Arrow et Diefenbaker optempéra à cause de menaces par les américains. La conspiration entre le Président Eisenhower et le Congrès américain fut conçue sur une base de chantage envers le Canada, à l’effet que toute co-opération de défense de notre pays serait abolie par les E.U., si l’avion Arrow n’était pas démantelé! Diefenbaker eu la trouille et accepta les directives des Américains! Nous devenions donc par le fait même une autre fois à la remorque de la politique américaine! D’ailleurs nous n’avons qu’à consulter le « Power of Command » de Norad pour se convaincre. J’ai tendance à croire cette version.

Or, les conséquences de la terminaison de ce projet, le 20 février 1959, eût pour résultat la mise à pieds de 14,000 ingénieurs, techniciens et personnel de production de la compagnie A.V. Roe de Toronto en une seule journée. De plus les sous-traitants de la compagnie mirent aussi au chômage 36,000 employés à travers le pays, soit un grand total de 50 000 travailleurs! Plusieurs de ces spécialistes furent engagés par les grandes compagnies aéronautiques américaines et britanniques. Le Canada perdant ainsi l’avant garde de l’industrie aérospatiale qui dériva sous la domination de l’industrie américaine!

avro tarmac

Le CF-105 lors de sa présentation

Le trou béant de cette révocation fut d’autant plus aberrant que le gouvernement n’offrit rien en remplacement, mais fit détruire vicieusement les six avions Arrow terminés, incluant les moteurs Iroquois, les pièces de remplacement, les plans, les dessins et devis!

arrow_death_row

Et hop à la ferraille…

Plus aucun petit détail de ce projet d’envergure ne demeura, sauf un fragment de cet avion au musée de guerre à Ottawa, même si le Canada avait investit un milliard de dollars pour sa conception sur une période de sept ans, une grosse somme à l’époque.

C’est là le mystère, fascinant, macabre, romantique, et poignant. Pis encore, ceci propage un autre mystère dangereux sur la faiblesse industrielle subséquente du Canada. En fait des cendres de l’Arrow, dont la destruction fut le dernier soubresaut de la grandeur de l’industrie d’après guerre au Canada permit aux Américains de se lancer dans un programme spatial sans précédent. Il fallut plus de trente ans avant que le Canada devienne le sixième plus grand dans ce domaine, dans le monde moderne.

Des compagnies comme Canadair, De Havilland et Pratt & Whitney, ainsi que Bombardier, constituent l’intégration spectaculaire en design, développement, manufacturiers d’avions, ainsi que le service inhérent aux appareils et engins légers. C.A.E est aujourd’hui le leader mondial dans les systèmes de simulateurs de vols. Cette industrie d’exportation de 12 milliards de dollars emploie plus de 50,000 experts afin de construire des produits canadiens, et continue à créer des emplois, un grand succès car cette industrie, du moins, s’est développée dans un monde financé civilement, non subventionné par des rivaux gouvernementaux, avec un retard de trente ans tout de même, je le répète.

Éliminer l’Arrow devenait probablement inévitable, peu importe qui devait prendre le pouvoir en 1958. Pourquoi? Avec les ambitions de l’aviation canadienne, des spécifications ambitieuses et des décisions portant sur trois facteurs majeurs: le modèle Delta, le moteur Iroquois à propulsion supersonique et le contrôle de tir électronique de l’Arrow, tous fabriqués à Toronto, le projet était très ambitieux, extravagant peut-être pour une seule compagnie canadienne, mais très avant-gardiste. Comme le projet devenait de plus en plus dispendieux, et semblait vouloir engouffrer le budget militaire total des Forces Armées, la Marine et l’Armée se sont fortement opposés, avec l’aide de quelques hauts gradés de l’Aviation qui prétendaient que le pays pourrait à peine subvenir aux besoins d’une seule escadrille d’Arrows. Mais pourquoi tout détruire ce qui était déjà construit? Pourquoi détruire les plans et devis? Un manque flagrant de vision future! Le Canada aurait dû au moins conserver les six avions déjà construits ainsi que les plans et devis! Peut être aussi vendre des prototypes à nos alliés.

Il faut se souvenir que lors de son dernier vol d’essai, l’Arrow a atteint l’espace et l’apesanteur à une vitesse de 2.5 Mach!

Le F-l8 américain atteint à peine 2.0 Mac.

cf-18-1

CF-18

N’oublions pas que nous sommes toujours en 1959! La France avait commandé 400 moteurs Iroquois pour ses Mirages. Les Américains désiraient acheter les 6 Arrows construits par Avro, mais Diefenbaker refusa et fit tout disparaître…

Il est certain que le F-18 américain n’a pas encore atteint en 1998, la performance ni le niveau technique de l’avion Arrow. Cet avion aurait pu servir de plate forme pour lancer un homme sur la lune!

Le pilote d’essai, le Lieut. Jack Woodman, démissionna de la R.C.A.F.

jack_woodman

Jack Goodman

Le concepteur de l’Arrow, Jim Chamberlin fut engagé par la NASA! Il fut suivi par des milliers de confrères. A.V. Roe (Avro) fut liquidée et l’usine fermée. Son président mourut dans la déchéance totale quelques années plus tard dans l’anonymat.

Avec la venue des missiles balistiques intercontinentaux, le besoin d’avions supersoniques intercepteurs semblait très mince. Cependant l’Arrow aurait été capable d’agir comme avion intercepteur! Le marché de défense restreint du Canada de l’Arrow devenait crucial, mais la doctrine américaine était de construire ses propres appareils, et les autres pays les payer moins cher après un certain usage…

Les prototypes furent détruits par Diefenbaker. Par vengeance? Ou parce que les mesures de sécurité de la guerre froide sur lesquelles insistaient les Américains avaient des projets technologiques qu’ils voulaient protéger? On ne sait pas.

En résumé la mort de l’Arrow sortit le Canada du développement des systèmes intégrés armés pour pousser le développement de l’aéronautique dans un futur civil. Oui, tragiquement beaucoup des meilleurs ingénieurs au monde sont partis du Canada, mais même si le projet Arrow était devenu un succès que lui serait-il arrivé? Le Canada pouvait-il se le permettre? Avro aurait pu au moins vendre ces avions à nos alliés, un marché à développer.

En 1961, le Canada acheta en douce, 64 avions « Voodoo » usagés des américains au coût de 200 millions $ soit 4 062650 $ pièce!

CF-101

CF-101

Nous aurions obtenu pour le même prix 130 avions Arrow, soit la moitié du coût! Enfin le Canada remplaça l’Arrow par les missiles américains Bomarc au coût de 250 millions $ et ces derniers n’ont jamais été utilisés!

Bomarc

missile Bomarc

Toute cette saga nous porte à réfléchir sur l’administration des dépenses de nos gouvernements et surtout sur leur manque de vision, ainsi que l’influence discutable des Américains vis à vis le Canada! C’est ainsi que nos gouvernements disposent de nos impôts, accumulent des déficits, et nous sommes impuissants à les stopper, peu importe lequel de nos partis politiques est au pouvoir. Aujourd’hui le même scénario se répète avec l’achat de sous-marins usagés de la marine britannique par les libéraux, au coût de plus de 1 milliard $, navires que nous pourrions construire au Canada et créer de nombreux emplois. Les chantiers maritimes canadiens de l’est et de l’ouest, seraient heureux d’obtenir de tels contrats, car nous possédons la technologie!

Commander Robert Grenier, R.C.N.
(1960) Revisé le 1 septembre 1998.

P.S.: pour voir cet avion visitez les sites suivants:

http://archives.radio-canada.ca/sciences_technologies/technologie/dossier/244/

En tout cas, le lieutenant Grenier n’a pas la langue dans sa poche…

Robert Grenier

Revoici le site du commandant Grenier.

J’espère que vous allez le visiter.

En passant, le commandant Grenier m’a réécrit, et il fait aussi de la généalogie…

Demain, habillez-vous chaudement, on s’en va à Kiska…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s