Même si les combats faisaient encore rage…

Une lectrice m’envoie ce témoignage…

Même si les combats faisaient encore rage, les aumôniers avaient le triste mandat d’inhumer les morts avec tous les honneurs militaires. Même là, l’activité semblait empreinte de confusion, le major honoraire C.W. McCarney de la 3e Division se plaignant que trop d’aumôniers se trouvaient dans les cimetières alors que les blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux. Mais c’était là une simple question d’administration, qui fut promptement réglée. D’autres situations revêtaient un caractère plus personnel, plus délicat.

Le 28 février, «on apprit à 13 h la triste nouvelle de la mort du père Dalcourt. Alors qu’il recueillait les hommes tombés sur le champ d’honneur, le véhicule à bord duquel il se trouvait heurta une mine posée par l’ennemi. L’aumônier et son conducteur périrent instantanément.»

Source (page 21)

D’autres lectures suggérées par ma lectrice,

À la page 20, on parle Charles Forbes

http://www.journaladsum.com/ftp/journaux/VOL_35_NO_11_ADSUM_2006_11_08.pdf

Et ceci, quand je ne saurai plus quoi lire…

Chroniques de guerre
1939 – 1945
du Three Rivers Regiment (Tank)
par Charles Prieur

http://www.12rbc.ca/upload/pdf/news/chroniques-de-guerre-28-02-06.pdf

About these ads

7 réflexions sur “Même si les combats faisaient encore rage…

    • Next post will be my 400th post on this blog.
      This will be a special post.
      I will tell my readers how this blog was created in the first place.
      Of course people can read from the start like a good book, but I want to get a message across.
      Is what veterans recount of their war memories is always what really happened?
      And is it that important after all?

      • What one sees and how one sees it is true in the reality of the person in question’s mind and that Sir is, I think very important. I imagine those on either side in war will have opposing perceptions of events yet both, in there own way, will be true! Hope I haven’t tied myself in knots!

  1. Les chroniques de guerre de Charles Prieur du Three Rivers Regiment, ce fut pour moi une belle lecture. Avoir su, j’aurais certainement été capable de leur fournir des photos pour certains militaires mentionnés dans le bouquin ou pour chacune des étapes de leur entraînement avant de quitter pour l’Europe: Trois-Rivières, Westmount (Montréal), Borden, etc…

    • Faudrait que je lise aussi ce document.
      Je ne connais rien de ce régiment.

      Le Régiment de Trois-Rivières n’a jamais
      abandonné un seul pouce de terrain pris à l’ennemi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s