Georges Émile Latour

Une de mes lectrices m’a envoyé ce message…

As-tu vérifié Georges-Emile Latour ( soldat) le fils de Bertheline Blouin et J-B Latour.

Cécile t’a envoyé la photo.

On le trouve sous le prénom Georges sur le site, décès en Hollande. Il n’est jamais revenu, mais son nom est sur le monument familial au cimetière peut-être qu’Adrien et lui se sont connus. Il appartenait aux Fusillers Mont-Royal.

Sa mère est décédée quelques mois (2 ou 3) après son décès  de peine dit-on.

À la mémoire du
Caporal
GEORGES EMILE  LATOUR

décédé le 18 janvier 1945

Service militaire :

Numéro matricule : D/62973
Force : Armée
Unité : Les Fusiliers Mont-Royal, R.C.I.C.

Informations sur le lieu d’inhumation :

Cimetière :
CIMETIÈRE DE GUERRE CANADIEN DE GROESBEEK
Pays-Bas

Georges-Émile est natif de Sainte-Anne, du moins je crois. Sa mère Bertheline Blouin est la fille de François Blouin et d.Adélaïde Gauthier.

Voici la photo de François Blouin et d’Adélaïde Gauthier…

francois blouin et adelaide gauthier

Joseph Blouin et Adélaïde Gauthier

Georges-Émile est enterré dans le même cimetière que mon grand oncle Adrien Tremblay, lui aussi des Fusiliers Mont-Royal, grand oncle que je n’ai jamais connu d’ailleurs, mais dont je vais vous parler le 11 novembre prochain.

J’ai trouvé ça sur ce site…

Janvier 1945

Carignan, Cpl Émile-Richard    7 janvier 1945 (tué au combat)
Montcalm, Sdt Conrad    8 janvier 1945 (tué au combat)
Fortin, Sgt Georges-David    18 janvier 1945 (tué au combat)

Latour, Cpl Georges-Émile    18 janvier 1945 (tué au combat)

Cormier, Sdt Henri    19 janvier 1945 (tué au combat)
Hill, Sdt Jean-Claude    20 janvier 1945 (tué au combat)
Barnabé , Sdt Jean-Paul    23 janvier 1945 (tué au combat)
Saint-Laurent, Sdt Lucien    28 janvier 1945 (tué au combat)

1944

(6 juin) Les forces armées alliées débarquent en Normandie, France.

(7 juillet) Le Régiment débarque à Courseulles-sur-Mer, France.

(13 juillet) Le Régiment enregistre ses trois premières pertes : un tué en sautant sur une mine (Roger Germain) et 2 blessés par des balles de francs-tireurs.

(20-30 juillet) Le Régiment attaque les fermes de Beauvoir et de Troteval, à environ un kilomètre de Verrières, puis s’empare de Verrières près de Caen ; au cours de ces affrontement, le Régiment perd 17 officiers, 28 sous-officiers et près de 100 soldats tués, blessés, portés disparus ou faits prisonniers.

(14 août) Début de la Bataille de la Commanderie.

(17 août) Le Régiment entre à Falaise.

(27 août) Le lieutenant-colonel Guy Gauvreau quitte le Régiment pour prendre le commandement de la brigade ; le lieutenant colonel Paul Sauvé le remplace.

(31 août) Le Régiment entre à Rouen.

(1er septembre) Le Régiment entre à Dieppe.

(8 septembre) Le Régiment entre en Belgique pour s’emparer de Furnes, puis de La Panne.

(14 septembre) Le Régiment revient en France pour s’emparer de Ghyvelde.

(24 septembre) Le Régiment retourne en Belgique pour s’emparer de Gravenwesel.

(26 septemre) Le Régiment s’empare de Lotchenberg.

(4 octobre) Prise de Kappellen.

(23 octobre) Prise de Nederheide.

(26 octobre) Prise de Waards. Le brigadier général Guy Gauvreau est gravement blessé.

(3 novembre) Le Régiment traverse le canal Léopold et le canal Beveland. La Belgique est libérée.

(Novembre) Le major Jacques Dextraze est promu au grade de lieutenant-colonel et remplace le lieutenant-colonel Paul Sauvé à la tête du Régiment ; Sauvé retourne occuper son siège de député à Québec.

1945

(10 février) Traverse de la Reichwald en direction de Kalkar.

(26 février) Opération Blockbuster conjointement avec les Cameron Highlanders, le 1er Régiment canadien d’auto-mitrailleuses, le South Saskatchewan Regiment, les Fusiliers de Sherbrooke et le Fort Garry Horse Regiment ; le Régiment compte 12 tués lors de cette opération mais atteint son objectif situé à l’est de l’axe Kalkar-Uden.

(28 février) Le Régiment quitte Kapellen et s’enfonce dans la forêt du Reichwald.

(17 mars) Prise de Beilen, Pays-Bas. (Première semaine d’avril) Traverse du Rhin et avance vers Groningue.

(10 avril) Attaque de Beilen ; le Régiment fait 800 prisonniers dont 60 officiers.

(29 avril) Le Régiment perd 7 hommes à Munderloch.

(30 avril) Le Régiment entre à Oldenburg.

(5 mai) Fin des hostilités entre l’Allemagne et les Alliés.

(4 juillet) Le Régiment entre à Berlin.

(23 septembre) Le Régiment quitte Ostende pour l’Angleterre.

(26 octobre) Le Régiment arrive à Halifax.

(28 octobre) Le Régiment débarque à Montréal.

Sur ce site, j’ai trouvé ces trois soldats morts aussi le 17 décembre 1944

Desautels, Sdt Henri-J. 17 décembre 1944
Laplante, Sdt Lucien 17 décembre 1944
Tremblay, Sdt J.-Arthur-Adrien 17 décembre 1944

C’est le site des Fusiliers Mont-Royal, et je leur ai écrit..

Ma lectrice m’a écrit et m’a envoyé ces deux cartes mortuaires…

cartes mortuaires Georges-Émile Latour et sa mère

About these ads

2 réflexions sur “Georges Émile Latour

  1. Bertheline Blouin était ma grand-mère et George-Émile, mon oncle. Je suis tombée sur votre commentaire par hasard… en faisant une recherche sur le nom de ma grand-mère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s